Apprendre ou savoir sans agir ?

Considérant les rudiments de base de la foi chrétienne ainsi que ses aspects les plus difficiles à cerner et à appliquer, ce qu’il importe d’apprendre a un impact direct sur l’agir, et l’agir sur nos capacités ou nos limites pour apprendre l’important pour la vie.

Apprendre ou savoir sans agir ? Dieu... rend mes pieds aussi agiles que ceux des biches (Psaume 18.33-34)

C’est Dieu qui me donne de la force et qui me trace une voie droite.
Il rend mes pieds aussi agiles que ceux des biches,
et il me fait tenir debout sur les hauteurs. (Psaume 18.33-34, S21)

Les textes des Écritures saintes du Christianisme sont claires à ce sujet. Il suffit de lire, par exemple Matthieu 5-7, Jacques, 1 Jean, Psaume 1, ou les Proverbes. L’expérience humaine examinée dans un cadre naturaliste abonde en ce même sens : pour apprendre il faut mettre en oeuvre ce que nous savons à mesure que nous comprenons.

La perspective expérientielle est traitée à la section 5.3.3, Appropriation : application et transposition (ou l’« initiative du transfert ») aux pages 115 et 116 de mon Récit et interprétation d’un parcours éducatif (pdf, 192 p.), déposé à l’UQAM.

La nécessité d’appliquer ce que nous apprenons est également traitée selon une perspective de foi chrétienne, dans Comment donc comprendre la Bible aujourd’hui ? (pdf, 139 p.), sect. 1.7, Négligence de l’enjeu d’appropriation expérientielle, p. 54-59.

N’hésitez pas à participer au forum chrétien la Rencontre, une communauté de dialogue à propos de la foi chrétienne, dont la mission prolonge celle de Savoir et croire .ca.

Pour me contacter, veuillez suivre les indication sous Questions ou commentaires.

Daniel Garneau, B Th, B Com, MA,
Édité : février 2018 et juillet 2018.