Apprivoiser Linux

Cet article, Apprivoiser Linux, est né d’un besoin technique auquel ne semblait pas pouvoir répondre le système d’exploitation que j’utilisais au moment d’en amorcer l’écriture et pour briser la dépendance des produits Microsoft. En effet, les  participants aux forums techniques que je consultais me déconseillaient vivement d’installer un environnement de développement local pour WordPress avec mon système d’exploitation, Windows Vista. Puis, j’ai commencé a recevoir des messages indiquant que  Google Chrome ne supporterait bientôt plus Windows Vista, car la fin du cycle de vie annoncé par Microsoft s’approchait. Ce dernier événement a été le catalyseur qu’il me fallait pour que je décide d’investir le temps et l’énergie nécessaires pour entreprendre le processus d’autoformation exigé et documenté à même le présent article.

Mon intention au moment d’amorcer l’écriture du présent article était de documenter les principales étapes qu’il m’aura fallu franchir pour apprivoiser Linux, non pas en rédigeant des textes détaillés concernant celles-ci, mais plutôt en fournissant des repères généraux accompagnés de liens vers les sites, tutoriels et outils qui m’auront le mieux aidé. Comme pour les autres articles de la série Apprentissage technique, l’un de mes objectifs est de laisser des traces de mes travaux afin de m’aider à m’y retrouver lorsque j’aurai besoin d’accomplir une tâche semblable à celles déjà réalisées, tout en aidant d’autres internautes dont les besoins techniques s’inscriraient dans la même lignée.

La première section de cet  article fait état des recherches, lectures et préparations techniques préalables à l’installation de Linux Ubuntu en tant que tel. Cet article s’amorce donc par le traitement de ces préalables :  l’installation réussie de Linux Ubuntu à côté de Windows Vista en mode double amorçage (dual boot). La seconde section documentera mes premiers pas d’utilisateur à mesure de mon autoformation. Les sections suivantes traitent des questions reliées à l’usage de cet environnement depuis que je l’ai adopté en mai 2016.

Avant de toucher à quoi que ce soit : quelques incontournables !

Puisque mon intention était d’installer Linux parallèlement à Vista afin de pouvoir exploiter mon ordinateur avec l’un ou l’autre de ces deux systèmes d’exploitation, il me fallait prendre en considération la préservation de mon installation existante de Windows Vista et des données personnelles stockées sur mon poste de travail. Je me suis finalement rendu compte que la version de Vista que j’utilise (Windows Vista Familial Premium) ne dispose d’aucun mécanisme permettant de conserver une image complète du système d’exploitation et des logiciels installés. Seules les versions professionnelles et intégrales de Vista offrent cette possibilité. Les références suivantes m’ont permis de contourner cette difficulté :

Mais, avant de cloner une partition de manière à conserver non pas tant nos données personnelles, mais surtout le système d’exploitation, ses pilotes, les logiciels installés et toutes les mises à jour et configurations afférentes, des étapes préalables s’imposent. Il s’agit d’appliquer les mesures les plus rudimentaires d’entretien telles que : suppression des fichiers devenus inutiles, réparation structurelle du disque (chkdsk c: /f) et défragmentation. Les articles et liens suivants m’ont aidé à identifier les tâches à accomplir et à les réaliser :

  • La section Conseil de base très importants de l’article Créations d’image système (Ghost)  constitue un bon départ. Elle encourage à préparer le disque dur, par ex., en éliminant les fichiers inutiles de tout ordre pour s’assurer que l’on assainit l’image-disque à copier. La section, Quelques conseils avant de cloner, de l’article Cloner son système configuré, abonde d’ailleurs dans le même sens, par exemple, à propos de la défragmentation.
  • Alors que je me demandais si je n’interromprais pas la défragmentation amorcée douze heures plus tôt à l’aide de l’outil inclus à Windows Vista, j’ai soumis à Google la question : «what happens if I cancel Windows Vista defragmentation after running 12 hours?».  L’article  Can I Cancel Defragmentation ? m’a conduit à attendre la fin du processus. Par contre, l’article Features of the Windows Vista hard disk defragmentation utility publié par Microsfoft porterait à croire que l’interruption ne poserait pas de problème. Ce dernier article applicable à Windows Vista Home Premium 64 bits m’informe également du fait que la défragmentation procède en priorité basse, ce qui explique la longue durée.
  • Un article qui, en janvier 2019, n’est plus disponible en ligne, «Safe Mode + Disk Checker (alias Error-checking, chkdsk, Scan Disk) + Optimize Drives (alias Disk Defragmenter) – in Windows 95, 98, 2K, Me, XP, Vista, 7 or 8», m’a aidé à comprendre ce qui se passe sous les différentes versions de Windows avec les thèmes mentionnés dans le titre, dont préparer la défragmentation et la défragmentation elle-même. 
  • Une recherche de solutions plus intéressantes que celle intégrée à Vista pour mes besoins futurs de défragmentation m’a conduit vers Defraggler de Piriform, dont j’ai téléchargé la version portable (exécutable sur clé USB) de Defraggler.  L’article 5 logiciels pour défragmenter les disques durs des PC Windows sur ZDnet donne un aperçu de ce genre d’outils et du classement de Defraggler par rapport aux autres. Le tutoriel Defraggler : défragmenter correctement ses Disques durs aide à choisir la configuration à retenir et à savoir à quoi s’attendre lors de l’exécution du programme.
  • Concurremment à toute la recherche sur la défragmentation, j’ai découvert CCleaner, développé  – comme Defraggler – par Piriform. Cet outil permet de nettoyer les fichiers indésirables et souvent cachés ou difficiles d’accès.
  • Si, d’une part, il pourrait sembler pertinent d’utiliser CCleaner avant de faire un clone d’une partition de disque, certaines mises en garde s’imposent, puisque l’on suggère de créer un point de restauration avant d’utiliser ce dernier outil.  Quand j’ai été prêt à créer un point de restauration, je me suis servi du tutoriel Windows : Restaurer, créer et supprimer les points de restauration, publié sur Comment ça marche, sous FAQ.  Voir aussi : Windows Vista : créer un point de restauration.
  • Les articles suivants m’ont aidé à choisir et à utiliser CCleaner de Piriform : CCleaner, de ZDNet; CCleaner at a Glance de PC World; Tutoriel CCleaner de Comment ça marcheHow to Use CCleaner Like a Pro:9 Tips & Tricks de How-To Geek.
  • J’ai plus tard trouvé une version portable de CCleaner, celle-ci étant téléchargeable à même l’article CCleaner Portable sur le site Comment ça marche. C’est la version que J’ai  téléchargée. J’ai par la suite découvert une autre source de téléchargement, chez CNetFrance, intégré à une courte description, sous le titre,  CCleaner Portable 5.07.

Ensuite, il me faudrait apprendre comment installer Linux de manière à pouvoir ouvrir mon poste de travail soit sous Windows soit sous Linux, ce que l’on nomme en jargon technique «double amorçage» ou, en anglais, «dual-boot». Les articles suivants ont contribué à  déblayer un peu ma compréhension du double amorçage Windows-Linux. Les articles les plus récents correspondent à la version de Linux Ubuntu courante, les plus anciens servent à identifier les enjeux se rapportant à Windows Vista.

Bien que ce qui précède fasse logiquement partie des premières étapes à franchir dans ce processus, ce n’est cependant pas par là que j’ai amorcé ma démarche, car qui souhaite apprivoiser Linux doit savoir comment naviguer dans les multiples moutures de ce système d’exploitation, lesquelles continuent à être développées et mises a jour. Au moment de publier le présent article, je n’ai pas sous la main les ressources consultées pour ce faire, mais je compte les ajouter dès que je le pourrai.  Au terme de cette démarche, j’ai choisi d’installer Ubuntu 14.04.4 LTS à 64 bits, que l’on peut télécharger à partir de la page suivante :

Cette étape n’était toutefois pas entièrement indépendante de celle qui consistait à identifier un mode d’installation, car pour installer Linux, il faut créer un support matériel autre que le disque principal de l’ordinateur.  Il faut un CD, un DVD ou une clé USB pour démarrer l’ordinateur sous Linux. Il semble exister plusieurs façons d’arriver au même résultat. Les pages Web suivantes m’ont aidé à m’y retrouver pour comprendre et réaliser cette étape :

Avant de faire quoi que ce soit, je me suis limité à lire le matériel contenu dans les liens identifiés ci-dessus. Cela m’a conduit à repérer des outils utiles pour migrer vers Linux et à  utiliser premièrement, et ce avant de pouvoir faire quoi que ce soit, par exemple :

La lecture du matériel ci-dessus et la préparation des outils nécessaires à la mise en place d’un système permettant de travailler alternativement sous Windows Vista et sous Linux m’a conduit à identifier au moins trois outils requérant un CD ou une clé USB bootable; d’où, je me suis demandé s’il ne serait pas possible d’avoir une clé USB multibootable. J’ai découvert qu’il existe en effet des outils qui permettent d’aller dans cette direction :

Enfin, l’article suivant propose des sources d’informations générales pour se tenir à jour sur ce qui se passe dans l’univers Linux :

Des recherches Google comme les suivantes ont contribué à orienter mes lectures :

  • installing ubuntu alongside windows vista 64;
  • traps to avoid while installing ubuntu alongside windows vista?
  • comment créer une clé bootable ubuntu.

Voici d’autres ressources utiles, mais pas nécessairement intégrées à l’article ci-dessus :

Par où commencer ? Mes premiers pas avec Linux Ubuntu

Je crois bien avoir lu chacun des articles de la section précédente au moins une fois, parfois plus. Plusieurs de ces articles ouvraient des thèmes nouveaux pour moi ou qu’il me fallait réviser. C’était un peu comme si chaque étape de recherche et de lecture ouvrait de nouvelles étapes devant être franchies, toutes incontournables. À terme, j’ai réussi l’installation de Linux Ubuntu, sans perdre ni mes données ni mon installation Vista. Mais il s’en est fallu de bien peu, car avant de réussir, j’ai dû restaurer Windows Vista une fois.

La présente section sera construite un peu comme la précédente, au fur et à mesure de mes découvertes. Veuillez noter qu’il ne s’agit pas nécessairement de la meilleure approche pour apprendre Linux Ubuntu, mais plutôt de ma propre démarche pour y parvenir. Comme pour la première partie de cet article sur les préalables, mon  but est premièrement de pouvoir retrouver l’information qui m’a aidé à faire des pas dans la bonne direction. Si ma démarche peut en aider d’autres dans leur propre parcours, j’en serai très heureux.

Voici donc par où j’ai amorcé ma démarche d’autoformation sur Linux Ubuntu, après avoir réussi à installer Linux Ubuntu 14.04 LTS en mode dual boot avec Windows Vista. Ces sources révisent, résument et présentent de manière simple et systématique ce qui a été couvert de manière plus exhaustive et détaillée à la section précédente, « Avant de toucher à quoi que ce soit : quelques incontournables ! ». Mais, attention ! les liens ci-dessous ne devraient pas vous dispenser de faire une démarche comme celle présentée à la section précédente, car les liens ci-dessous tout en étant plus simples ne contiennent pas quelques-unes des mises en garde importantes de la section précédente. Autrement dit, il faut interpréter ce qui suit à la lumière de ce qui a été découvert jusqu’ici.

Une fois Linux Ubuntu 14.02 LTS installé en mode dual boot avec Windows Vista, j’ai tout à fait cessé de documenter ma démarche, car il y avait trop de ramifications à ce qu’il me fallait apprendre. Sans être compliqué, je ne voyais pas très bien l’intérêt de fournir ici des pistes d’exploration sur ce qui était accessible à même l’univers Ubuntu. Par contre, une fois ma démarche d’autoformation de base terminée sur Linux et Ubuntu, il m’a paru utile d’identifier quelques-unes des références les plus utiles pour amorcer sa prise de connaissance après l’installation et pour commencer à approfondir Linux:

  • Le site de langue française d’Ubuntu propose une section de documentation particulièrement intéressante. Celle-ci peut servir de poste central où revenir encore et encore afin de trouver des réponses à diverses sortes de besoins technologiques associés à l’utilisation de base et avancée de Linux.

Naviguer sur Documentation Ubuntu du site ubuntu-fr m’a conduit à identifier des ressources que j’ai trouvées particulièrement utiles à ma propre autoformation Linux :

  • Guide du débutant — Il ne s’agit plus ici de tenter d’obtenir une compréhension de base de Linux ou d’Ubuntu, mais plutôt de trouver des réponses à des questions précises qui surviennent à mesure que l’on commence à travailler sous Linux Ubuntu.
  • Simple comme Ubuntu (présentation) — Ce livre en ligne,  téléchargeable gratuitement, Simple comme Ubuntu (pdf, 365 p.), peut aider à utiliser certaines des fonctions de base ou avancées tout en apprenant à comprendre où celles-ci s’inscrivent dans l’univers Linux. Conçu pour une version précédente d’Ubuntu, il m’a malgré tout été utile, notamment pour la gestion des droits d’utilisateurs.
  • Learn UNIX in 10 minutes. Version 1.2 FR 1.0 —  fournit des commandes de base à utiliser par la plupart des systèmes à la UNIX dont LINUX fait partie. Cet article, en traduction française d’excellente qualité, présente progressivement certaines des commandes en ligne les plus incontournables dans l’utilisation de LINUX ou autres systèmes dont les origines remontent à UNIX. Il m’a aidé notamment à interpréter les résultats de la commande d’affichage détaillée des contenus d’un dossier («ls -l»).
  • Les commandes de base en console Linux et console : ligne de commande sont complémentaires entre eux et au précédent (UNIX en 10 minutes) pour aider à s’y retrouver lorsque l’interface graphique ne permet pas d’accomplir une tâche.
  • Reprenez le contrôle à l’aide de Linux ! par Mathieu Nebra sur OpenClassroom Ce cours en ligne gratuit de 30 heures couvre pas à pas les notions nécessaires ou utiles pour maîtriser l’environnement Linux. Il présente de façon simple et systématique beaucoup de ce que j’ai découvert par essai et erreur et avec les nombreux tâtonnements documentés tout au long du présent article. Il m’a aidé à réviser pour mieux l’assimiler ce que j’avais commencé à comprendre et m’a permis d’aller beaucoup plus loin en me donnant une vision d’ensemble mieux intégrée de Linux.

Il existe une catégorie d’outils permettant d’éviter d’avoir à interagir avec Linux par des lignes de commandes dans un terminal. Ces outils s’apparentent au cPanel des hébergeurs de sites web.

Le présent article continuera à être mis à jour jusqu’à ce que j’aie terminé ma démarche de transition d’un poste Windows Vista vers un poste amorçable Vista et Linux. Ces outils sont appelés en anglais des « Web Panels ». Il s’agit d’une piste qui demeure à explorer pour moi. Voici un site où l’on évalue ce genre d’outils : 2016’s Ultimate guide to Web Panels: cPanel vs. Plesk vs. Webmin vs. others  publié par HostingAdvice.com. Au moment d’écrire ces lignes, j’ignore si un tel outil allégerait ou alourdirait ma tâche.

Mise à niveau de Ubuntu 14.04 vers 16.04 et 18.04

Depuis mars 2016 jusqu’à janvier 2018, je me suis peu à peu habitué à cet environnement double (Vista et Linux) dont je viens de parler, puis le besoin s’est fait ressentir d’envisager une mise à jour de Linux. Il serait maintenant question de passer de Ubuntu 14.04 à Ubuntu 18.04. Je laisserai ici quelques traces de ce que je découvrirai en cours de route :

Après avoir apparemment réussi la mise à niveau vers Ubuntu 16.04, j’ai préféré ne pas immédiatement poursuivre tout de suite avec la mise à niveau suivante vers Ubuntu 18.04. Quelques jours plus tard, j’ai installé Ubuntu 18.04 LTS sur une nouvelle partition du disque maintenant en parallèle avec Windows Vista et Linux Ubuntu 16.04 LTS.

Enjeux précis

Après la mise à niveau réussie vers Ubuntu 16.04 LTS, je me suis mis à la recherche de solutions techniques à des questions que je n’avais pas encore choisi d’explorer :

  • Je me suis demandé s’il serait possible d’utiliser mon poste de travail actuel avec deux écrans contrôlés indépendamment, l’un par une sortie VGA l’autre par une sortie HDMI. L’article Configurer le multi-écran semble indiquer que oui, il me reste à le tester.
  • Mon casque d’écoute USB avait cessé de fonctionner sous Ubuntu 14.04 tout comme aussi sous Windows Vista sans que je ne comprenne pourquoi. Une recherche m’a permis de découvrir le petit programme Linux PulseAudio Volume Control (pavucontrol).
  • Je me suis intéressé à la possibilité d’utiliser Ubuntu 16.04 LTS comme mécanisme de sauvegarde des données de mon téléphone intelligent android Samsun S7. Les conseils fournis dans l’article How to Back Up Your Android Dada with ADB on Ubuntu m’ont aidé à amorcer les étapes nécessaires pour parvenir à ce résultat. Cette solution n’a pas fonctionné telle que présentée. D’une part il semblerait y avoir une erreur de syntaxe dans la commande à taper dans la console Linux. Un correctif est mentionné en commentaire, mais même celui-ci ne m’a pas permis de faire une copie du téléphone. Par contre, je laisse le lien vers cet article, car il fait avancer d’un pas ma compréhension. Je chercherai à ce stade-ci une solution autre que par  des commandes de console Linux.
  • L’article, How to Backup Android Devices: The Complete Guide, m’aide à faire le point sur certaines approches non liées à Ubuntu, mais utiles à comprendre.

Étapes pour installer Linux sur un second poste de travail

Après avoir utilisé Linux Ubuntu deux ans avec succès sur mon propre ordinateur, nous utilisons encore Windows Vista sur un second ordinateur à la maison. Il m’a donc paru nécessaire de reprendre le présent document pour m’aider à faire cette seconde installation. Ce faisant, j’en ai profité pour mettre à jour les liens vers certains articles qui avaient été utiles mais ne sont plus accessible par le même lien et ajouter ici et là quelques liens.

Par ailleurs, il m’a paru utile de documenter sous forme de points les étapes franches, mais cette fois-ci, non plus dans leur séquence chronologique d’exécution plutôt que selon les aléas de la démarche d’autoformation suivant laquelle le présent document est structuré. Cette liste d’étape pourra aussi servir de guide dans la consultation des liens ci-dessus.

Étapes suivies lors de l’installation d’un second poste en double amorçage Linux-Vista :

  • Faire le ménage du disque en éliminant les fichiers de données devenus inutiles;
  • Vider les corbeilles du courrier électronique et de l’explorateur de fichiers;
  • Utiliser les outils Windows pour détruire les fichiers superflus gérés par le système d’exploitation, par ex. : le fichiers de restauration de système, les fichiers temporaires;
  • S’assurer que les sauvegardes automatiques des données sont à jour sur un 2e disque;
  • Faire une copie supplémentaire de toutes les données sur un troisième disque (si vous ne maîtrisez pas le processus de restauration des données sauvegardées automatiquement);
  • Appliquer la commande chckdsk /f, puis défragmenter le disque dur;
  • Établir un point de restauration sous Windows;
  • J’ai tenté de suivre les suggestions de désactiver, sous Vista, le point de restauration, le «pagefile», le «kernel memory dump» et le module d’hivernation, mais me suis ravisé à cause de manipulations inintelligibles dans des fenêtres et arborescences multiples. Utiliser le logiciel gratuit EASEUS Partition Master a permis d’éviter ces étapes pour libérer l’espace monopolisée par Windows Vista.
  • La copie de sécurité d’une partition Linux existante avec FileZilla serait une activité de sécurité minimale correspondant plus ou moins au point de restauration sous Vista.
  • Au 8 janvier 2018, j’envisage la possibilité d’utiliser GParted plutôt que EASUS pour l’étape de création de partitions. J’ai créé une clé USB bootable à partir de laquelle il sera possible de partitionner n’importe quelle section du disque sans que l’utilisation active d’un système d’exploitation bloque l’accès à une quelconque partition. Cette approche a effectivement donné de résultats fiables sans engendrer de difficultés particulières.
  • Installation de Linux à l’aide du fichier ISO le plus à jour au moment de l’intervention.

Vous aimeriez ajouter quelque chose ?

Cet article vous a été utile ? Vous aimeriez apporter une précision concernant un aspect qui aurait pu être mieux couvert ? ou un aspect important dont je n’aurais rien dit ?

N’hésitez pas à participer au forum chrétien la Rencontre, une communauté de dialogue à propos de la foi chrétienne, dont la mission prolonge celle de Savoir et croire .ca. L’une des sections du forum est réservée à certains des aspects techniques à propos des sites Web et des forums de discusion.  Ajoutez-y vos contributions concernant Linux. Car, pour moi, comprendre Linux constitue un atout dans la gestion d’un site Web ou d’un forum. Votre participation peut y être faite en français, en anglais ou en espagnol.

Pour me contacter, veuillez suivre les indication sous Questions ou commentaires.

Daniel Garneau, B Th, B Com, MA.
Publication : le 4 mars 2016,
Mise à jour : 7 février 2018; 4, 5, 7, 8 janvier 2018.