Choisir une traduction de la Bible

Quelle traduction de la Bible doit-on lire pour soi-même ou recommander à nos amis qui ne l’ont pas encore lue et qui cherchent une version à choisir parmi la multitude qui existe? Quelle version vaut-il mieux utiliser pour approfondir les contenus de la Bible ou suggérer à ceux de nos connaissances qui cherchent une traduction fiable de la Parole pour l’étudier?

1. Contexte et portée de la présente étude

Cet article traite des versions de la Bible en français, en anglais et en espagnol auxquelles je me suis moi-même intéressé au fil des ans. Cet intérêt consistait parfois à comparer la traduction proposée par l’une et l’autre d’entre elles sur des passages bibliques précis. Au contact d’autres langues que le français, ma langue maternelle, je me suis interrogé, à certaines époques de ma vie, sur quelle serait la traduction la plus appropriée pour moi à lire soit en anglais, ma principale langue seconde, ou en espagnol, autre langue que j’aime.

Jusqu’à tout récemment, c’est en visitant des librairies chrétiennes et en achetant ou en commandant la version papier de telle ou telle traduction que ce faisait tout ce travail. Ensuite, le Web est venu en appui aux visites en librairie, puis est peu à peu devenu un lieu où les textes des versions de la Bible en différentes langues peuvent être consultés, voire même lus et étudiés, sans nécessairement acquérir les versions papier correspondantes.

Voir par exemple :

  • Em-Bible : Semeur, Segond 21, Segond 1910, Darby, Ostervald, Martin, King James;
  • TopBible : Semeur, Segond 21, Colombe, Segond 1910, Parole de Vie, Français courant, Ostervald, Martin, World English Bible, Hébreux/Grec; 
  • BibleGateway –> Available Versions : en une multitude de langues, dont quatre en français : Semeur, Segond 21, Nouvelle édition de Genève, 1979; Segond 1910;
  • Lire la Bible : Traduction oecuménique de la Bible 2010 (TOB),Nouvelle Bible Segond, Colombe, Parole de Vie, Français courant;
  • BibleStudyTools –> Library –> Bible Versions : plusieurs versions anglaises et quelques versions dans d’autres langues, dont en français, Segond 1910, Ostervald;
  • BibleHub –> Multi : plusieurs langues; en français,Segond 1910, Darby, Martin 1744;
  • New Living Translation Study Bible, Tyndale House Publishers : Le texte complet de cette Bible d’étude – texte biblique, notes d’études, articles d’introduction, cartes – est accessible en ligne pour une période d’essai de 30 jours; l’achat d’une version papier donne droit à un accès permanent à cet excellent site de lecture et d’étude de la Bible;
  • EsvBible.org donne accès à la English Standard Version (ESV) dans un environnement convivial. Elle est synchronisée à une version audio de cette Bible et au texte de la ESV Global Study Bible® (2011). Cette traduction anglaise de la Bible se définit comme essentiellement littérale et en anglais contemporain. Elle s’inscrit en continuité avec la famille de traductions suivantes : le Nouveau Testament de William Tyndale (1526); King James Version (1611); English Revised Version (1885); American Standard Version (1901); Revised Standard Version (1952, 1971).  Quant à la Bible d’étude ESV Global Study Bible, elle est également accessible gratuitement en ligne sur EsvBible.org, étant intégrée à cette dernière. Cette Bible d’étude est conçue pour les besoins mondiaux de personnes vivant dans des cultures très différentes les unes des autres et dont la langue première n’est pas obligatoirement l’anglais. Il s’agit d’une version synthèse de la ESV Study Bible, à laquelle de nouveaux articles et contenus ont été ajoutés pour mieux tenir compte des réalités culturelles de diverses régions de la planète. Ces ressources sont offertes gracieusement (en ligne et en format ebook) par Crossway, sans exigence d’achat, ni période limite du libre accès (liens consultés les 27 et 28 juin 2015, puis ajustés le 18 avril 2017);
  • La Nouvelle Bible Segond édition d’étude en accès libre à la totalité de l’oeuvre, soit en ligne ou par téléchargement, lors de l’écriture de ce texte vers juin 2015.

Par ailleurs, je fréquente des forums chrétiens français, anglais et espagnol. Cela m’a permis de prendre conscience des difficultés qu’éprouvent certains participants à ces forums d’accepter la validité de telle ou telle traduction de la Bible dans la langue du forum. Dans certains forums chrétiens, l’on va parfois jusqu’à refuser d’admettre la possibilité même de rendre fidèlement le sens des textes originaux dans une langue moderne.

Ces forums chrétiens sont identifiés dans le lien ci-dessous. Vous pourrez y suivre les discussions auxquelles j’ai participé et les objections ou appuis reçus pour mes prises de position, notamment sur la Bible comme Parole de Dieu. Si vous vous intéressez à en parcourir les contenus, vous devrez dans la plupart des cas vous inscrire au forum. Par la suite, n’hésitez pas à consulter mon profil, DanielGarneau, sur chacun de ces forums, en consultant l’article de Savoir et croire .ca intitulé Les forums chrétiens que je fréquente.

Enfin, je ressens le besoin de consolider les connaissances acquises au fil des ans sur les différentes versions de la Bible en français, en anglais et en espagnol, dont je dispose d’une copie papier ou dont j’ai découvert les vertus en consultant le Web. L’usage que je fais des traductions de la Bible dans ces langues sur www.savoiretcroire.ca est basé sur un ensemble de facteurs dont certains gagneraient à être rendus explicites.

Aussi, j’aborde l’écriture du présent article avec l’intention d’éclaircir quels sont les critères qui guident mes choix dans l’utilisation d’une version de la Bible plutôt que d’une autre, soit pour la lecture personnelle quotidienne, soit pour l’étude ou la recherche plus approfondie, soit pour rendre les contenus bibliques accessibles à des personnes qui ne l’ont pas lue.

Pour ce faire, je compte m’appuyer sur les présentations des versions de la Bible à même les introductions aux versions papier que j’ai en ma possession, sur les renseignements fournis par les sites Web des éditeurs ou des diffuseurs papier ou en ligne de ces versions, ainsi que sur toute autre source susceptible de m’aider à cerner les enjeux en présence. Ces sources seront mises au service d’une élucidation des motifs et considérations qui ont guidé ou continuent de guider mes choix, afin de m’aider moi-même et d’aider mes lecteurs à prendre des décisions de plus en plus éclairées quant aux versions de la Bible à privilégier.

Plus précisément, j’espère être en mesure de présenter les caractéristiques principales des versions de la Bible qui seront traitées dans cet article, et de mettre à la disposition de mes lecteurs des ressources en ligne permettant d’approfondir la présente réflexion. J’espère aussi pouvoir mettre en présence  certains éléments susceptibles d’aider à évaluer la pertinence d’avoir recours à une traduction de la Bible dans un contexte donné.

2. Les versions de la Bible que je fréquente

Les versions françaises de la Bible que j’ai le plus fréquentées au fil des ans sont la Louis Segond 1910, la Nouvelle Édition de Genève 1975 et 1979, la révision de la Segond 1978 dite à la Colombe, La Second 21 et la Bible du Semeur.

Mes versions de prédilection en anglais et en espagnol sont celles qui suivent les mêmes principes de traduction et dont le produit fini ressemble le plus à la famille de traductions française Louis Segond. Pour l’anglais, il s’agit de la New International Version, et pour l’espagnol, de la Nueva Versión Internacional; ces deux dernières traductions sont celles que j’utilise le plus pour lire ou étudier dans ces autres langues. Il s’agit de versions de la Bible que j’ai lues à différentes époques de ma vie et qui me servent de base à l’étude. Elles me servent souvent de base à la mémorisation des textes qui me touchent le plus ou dont je souhaite me ressouvenir facilement lorsque je n’ai pas une Bible sous la main.

Outre les versions de base auxquelles je me réfère constamment pour lire ou étudier, j’ai aussi consulté ou lu au fil des ans de larges portions de plusieurs autres versions de la Bible. Premièrement, le Nouveau Testament grec de Kurt Aland, Matthew Black, Carlo M. Martini, Bruce M. Metzger, and Allen Wikgreen en coopération avec l’Institue pour la recherche textuelle du Nouveau Testament de Münster/Wetphalia, troisième édition.

Viennent ensuite les versions suivantes :

  • en français : Nouvelle Bible Segond, Parole Vivante (Alfred Kuen), Darby, Jérusalem, Maredsous, TOB 2010, Parole de Vie 2000, Français courant;
  • en anglais : King James V., New American Standard Bible, Revised Standard Version; English Standard Version; Good News Translation, Holman Christian Standard Bible,
    New Living Translation, The Message, J. B. Phillips N.T,  Today’s English Version;
  • en espagnol : Reina Valera 1995 et Versión Popular.

Je me suis également, à une certaine époque, consacré à approfondir les enseignements donnés par les Témoins de Jéhova et le matériel qui leur sert d’appui dont leurs versions anglaise et française de la Bible, que j’étais parvenu à être en mesure d’utiliser pour démontrer à des membres de ce groupe que Jésus est Dieu au sens plein du mot.

3. Les grandes familles de versions que je privilégie

Parmi les traductions que je connais le mieux, les Louis Segond (LS), Nouvelle Édition de Genève (NEG), Segond 21 (Seg21), New International Version (NIV) et Nueva Versión Internacional (NVI) adoptent une approche de traduction qui cherche à demeurer près des structures originales chaque fois que cela n’interfère pas avec la compréhension pour les lecteurs contemporains. La Bible du Semeur (BDS) et la New Living Translation (NLT) cherchent plutôt à rendre le sens du texte original sans s’attacher à reproduire les structures des langues anciennes dans les langues modernes française ou anglaise.

Le travail que je compte faire par le présent article (ou série d’articles) existe déjà sous des formes diverses et selon des degrés de maturité plus ou moins grands, par exemple, la Société biblique de Genève a mis en place un site dédié à la version Segond 21. L’on y trouve une mine d’information à propos de cette traduction là de la Bible, mais aussi concernant plusieurs autres versions françaises : Univers de la Bible. Quant à la Bible du Semeur (BDS), la New International Version (NIV) et la Nueva Versión Internacional (NVI), elles sont toute trois produites sous le ministère multilingue de Biblica; le site Web (en anglais et en espagnol seulement) de cette dernière maison d’édition de Bibles peut, lui aussi, être utile à toute personne s’interrogeant sur les traductions de la Bible : Biblica. Également sous l’onglet Bible du même site, une section « Bible FAQs » répond – en anglais seulement – à des questions plus générales concernant la Bible elle-même.

Comprendre qui publie quelles versions de la Bible en français, anglais et espagnol  peut s’avérer très utile pour aider à choisir la ou les versions de la Bible que l’on souhaite se procurer en vue de la lecture personnelle et de l’étude. Il ne suffit pas de savoir si une version de la Bible vise à refléter ou non les structures du texte original tout en rendant le sens de celles-ci accessible aux lecteurs contemporains de la langue cible. Il faut aussi comprendre que les traducteurs de la Bible travaillent tous à partir d’un cadre de référence théologique dont les paramètres sont parfois exprimés explicitement et rigoureusement.

Tel est le cas justement pour la Société Biblique de Genève responsable de la traduction de la Segond 21 et du site Univers de la Bible qui lui est dédié. Même situation pour l’éditeur Biblicaresponsable de la publication de la Bible du Semeur (BDS), de la New International Version (NIV) et de la Nueva Versión Internacional (NVI).  Tel est encore le cas pour l’éditeur Tyndale House Publishers des versions de langue anglaise the New Living Translation (NLT), et de langue espagnole, la Nueva Traducción Viviente (NTV). Il en est encore ainsi pour Crossway, l’éditeur de la Bible d’étude ESV Global Study Bible.

Au-delà des méthodologies de traduction adoptées pour chacune des versions de la Bible auxquels ces éditeurs sont associés, ils ont en commun d’avoir exprimé publiquement leur compréhension théologique que la Bible est la Parole de Dieu, que tout ce qu’elle enseigne est vrai au sens plénier du terme, et digne d’être obéi. Tel n’est pas nécessairement le cas pour les éditeurs de certaines des autres versions auxquelles je me réfère aussi. Ces prises de position sont importantes, car elles forment l’arrière-plan théologique auquel est adossé l’ensemble d’une oeuvre de traduction et agissent comme un présupposé. On pourrait aussi dire qu’il constitue la vision du monde à partir de laquelle les affirmations contenues dans les textes bibliques sont filtrées, interprétées, réfléchies, puis rendues.

La meilleure des sources d’information que je connaisse pour aider à comprendre les principales caractéristiques des versions françaises de la Bible peut être consultée sous Univers de la Bible –> Les traductions de la Bible –> Comment choisir votre Bible. (La consultation de ce livret requiert l’installation d’Adobe® Flash® Player ou l’utilisation d’un navigateur Web qui l’intègre déjà par défaut, comme Google Chrome.)

Pour ceux qui s’intéressent à ces questions sous l’angle de choisir une version de la Bible en langue anglaise, il pourrait s’avérer intéressant d’écouter les vidéos suivantes (en anglais) :

Ces vidéos présentent les grands enjeux entre le choix d’une traduction plutôt que d’une autre tout en insistant sur la pertinence de consulter plusieurs versions de la Bible et l’importance de respecter les choix des autres croyants quant à leurs traductions préférées.

Une visite des sites créés par Tyndale House Publishers autour de la traduction anglaise, New Living Translation (NLT), et espagnole, Nueva Traducción Viviente (NLT), vaut le détour pour toute personne qui comprend l’une ou l’autre de ces deux langues. Ces sites mettent un accent particulier sur le lien entre la lecture de la Bible et la vie d’une personne. Ils sont tout indiqués pour aider à comprendre en quoi consiste la foi chrétienne d’une perspective évangélique, l’importance du rôle que nous accordons aux Écritures et comment plusieurs d’entre nous cherchons à vivre notre vie et à pratiquer notre foi.

4. Les autres versions ou familles de versions

Au moment où j’écris le présent article, le site www.savoiretcroire.ca aura bientôt une année et demie d’existence. Je cite souvent bien sûr certaines des versions de la Bible qui appartiennent aux familles de traduction que je privilégie, BDS, Seg 21, NIV, NVI.   Cependant je cite aussi des versions de la Bible qui ne font pas partie de mes familles privilégiées de traductions.

Il m’arrive par exemple de citer les versions de la Bible dont le texte est accessible sur le site Lire la Bible de l’Alliance biblique française :

  • La Bible en français courant;
  • La Bible Parole de Vie;
  • La Colombe;
  • La Nouvelle Bible Segond;
  • La Traduction Œcuménique de la Bible (2010).

Également, il y a quelques années, lorsqu’une collègue de travail d’origine philippienne m’a demandé de lui conseiller une version anglaise de la Bible, c’est vers la Good News Translation, édition avec apocryphes, que je l’ai orientée. Compte tenu de ce que je percevais de ses antécédents religieux et familiaux, il m’avait semblé respectueux de l’orienter vers une Bible sanctionnée par un imprimatur catholique romain.

C’est aussi ce même genre de préoccupation qui m’a conduit à citer la TOB 2011 plutôt qu’une autre version à la page Connaître le vrai Dieu du présent site Web. Je voulais me servir d’une Bible qui avait le respect des élites intellectuelles de la théologie critique quant aux positions adoptées par les familles de traduction que je privilégie. Et je trouvais que le texte cité faisait justice aux contenus autant que toute autre version l’aurait pu. De plus, la connaissance mise en valeur par le verset cité est celle du Dieu Maître de tout savoir.

C’est encore cette même attitude de ma part qui m’a conduit à inviter à l’écoute audio du Nouveau Testament dans la version Parole de Vie sur le site Bible.Is. Il m’a semblé dans ce cas précis rendre un service à ceux des amis de www.savoiretcroire.ca qui éprouvaient le plus de difficulté à lire le texte biblique ou même à le comprendre. Le niveau de langage de cette traduction la rendait accessible à une partie de mon auditoire.  Les passages de Jean 3, de Éphésiens 2 et de Romains 10 me semblaient très percutants à lire pour des gens qui ne seraient pas déjà familiarisés avec la Bible et la foi chrétienne, même si d’autres passages sont traduits en dehors de ce qui me paraît correspondre à l’original.

Un mot sur la bible, nouvelle traduction, des éditions Bayard, parfois aussi appelée «la bible des écrivains», dont les objectifs du projet et principes directeurs pour les travaux de traduction sont présentés par ses concepteurs, sous la rubrique Questions de leur site Web, ainsi qu’un échantillonnage de solutions adoptées pour des passages précis. Les liens ci-dessous situent les énoncés des éditeurs de la Bible Bayard dans le contexte de l’histoire ancienne et contemporaine de la traduction biblique vers diverses langues dont le français :

  • L’article Les versions de la Bible, de Bible-ouverte.ch propose un survol de l’histoire des traductions de la Bible depuis l’époque de l’Ancien Testament jusqu’à aujourd’hui. Il souligne l’utilité des traductions libres de la Bible pour certains types d’usage précis, mais la nécessité d’avoir également recours à des traductions plus près de l’original.
  • Dans le no 147, juillet-septembre 2009, Traduire l’intraduisible, des Archives de sciences sociales des religions, l’article Deux moments-clés dans l’histoire de la traduction biblique, de Nicole Gueunier,  identifie  deux périodes charnières dans l’histoire de la traduction biblique : le XVIe siècle et du XIXe au XXIe siècles. L’auteure souligne aussi les enjeux auxquels font face les traducteurs au fil des époques.
  • L’UQÀM, dans ses Religiologiques Sciences humaines et religion, no 31, printemps 2005, p. 151-172 propose un article de Chrystian Boyer intitulé Nouvelle traduction de la bible et postmodernité. L’auteur passe en revue la bible nouvelle traduction (BNT) des éditions Bayard  à la lumière d’un questionnement personnel reflété dans son titre.  La démarche permet de dégager plusieurs caractéristiques importantes de la BNT et aide à mieux comprendre cette oeuvre, somme toute, de littérature.

Quant à la Colombe et à la Nouvelle Bible Segond, elles s’inscrivent dans la lignée de la vénérable famille dont les origines remontent à la Segond 1910. La Colombe fut pendant plusieurs années la principale Bible que je consultais, puis je me suis procuré un exemplaire de la Nouvelle Bible Segond (NBS) version étude à cause de la mine d’information contextuelle qu’elle contient sur l’histoire séculière parallèle aux récits bibliques.

Cette dernière prolonge les travaux amorcés pour la Colombe. Par ailleurs, le texte de la NBS reste plus près des structures originales que celui de la Segond 21 et a tendance à recourir à un niveau de langage un peu plus sophistiqué que cette dernière.

Le site Univers de la Bible présente une information vulgarisée concernant les traductions de la Bible en général et ceux de la Segond 21 en particulier. Le site de la NBS édition d’étude quant à lui est très instructif pour démontrer quels ont été les principes adoptées par la Nouvelle Bible Segond (2002), dans sa révision de la Bible dite à la Colombe (1978). L’article, Les principes de révision de la NBS, vaut la peine d’être lu, tout comme Présentations de la NBS – Quelques traits de la physionomie de la Nouvelle Bible Segond.

5. Toutes familles de versions confondues

Pour un tour d’horizon vidéo de quelques-unes des versions françaises de la Bible mentionnées ci-dessus, voir : Toutes les traductions de la Bible sont-elles bonnes ? par le pasteur Johathan Bersot sur le même site que l’outil de consultation des versions françaises de la Bible em-Bible de Enseignemoi.com.

Une description de plusieurs versions françaises en vente aujourd’hui est accessible à la section La traduction de la Bible du site Web la-bible.net de l’Alliance Biblique Française.

Pour consulter plusieurs des versions françaises de la Bible, les comparer entre elles et à la version anglaise World English Bible, de même qu’au texte de l’original hébreu ou grec, en un outil intégré et convivial, voir TopBible sur le site TopChrétien.

Pour les versions de langues françaises qu’il est possible de consulter sur l’internet les sites suivants offrent un accès à de nombreuses versions ainsi qu’à des informations complémentaires :

  • Bibles francophones du net, par Un poisson dans le net – Ce site tente de répertorier toutes les versions de la Bible de langue française qui peuvent être répertoriés sur le net, anciennes ou modernes;
  • La Bible en français, par Lexilogos, incluant des Bibles anciennes, l’histoire de la Bible, des dictionnaires encyclopédiques de la Bible par des catholiques, des protestants et des protestants évangéliques.

Par ailleurs, le site BibleGateway fournit une description générale plus ou moins étayée et parfois en anglais seulement des nombreuses versions de la Bible qui y sont accessibles directement en ligne dans diverses langues. par ex. :

Pour les versions en français :

  •  Segond 1910 comparée à la version anglaise King James sans autre précision. Il faut lire ailleurs pour comprendre que cette association concerne son impact général auprès les chrétiens d’allégeance protestante dans chacune de ces deux langues.
  • L’histoire de la Segond 1910 et de la Nouvelle édition de Genève 1975 et 1979 (NEG). L’on trouvera ici les principes de traduction adoptés par Louis Segond au départ et la nature des changements – environ 2 000 – apportés pour la NEG.
  • Brève histoire de la mise au point de la Segond 21, dont le Nouveau Testament a été mis en vente en 2004, sous le nom de Nouvelle Segond 21, puis la version complète en 2007, sous son nom actuel de Segond 21. Sommaire des principes de traduction qui ont guidé les travaux de cette oeuvre de refonte.
  • La Bible du Semeur est présentée ici comme une version à correspondance dynamique et avec un style informel. Comme pour la Segond 1910, d’autres sources que BibleGateway doivent être consultées pour obtenir un aperçu significatif de la version française décrite trop sommairement et en anglais.

Au moment de publier le présent article, les quatre versions françaises de la Bible énumérées ci-dessus sont les seules accessibles par BibleGateway.com.

Quant aux versions en anglais accessible sur ce même site, BibleGateway.com, elles sont très nombreuses, et je n’en ai retenu que cinq:

Je retiens ci-dessous les deux versions en espagnol qui me conviennent le mieux :

Cela peut s’avérer un point de départ à poursuivre, notamment par l’exploration des sites des éditeurs de chacune des versions de la Bible dans les langues concernées.

6. En conclusion

Que conclure de ce tour d’horizon des traductions de la Bible que je privilégie pour la lecture et l’étude personnelles et de l’usage adopté sur www.savoiretcroire.ca? Je dirais à ceux ou celles qui n’ont jamais lu la Bible de choisir une version qu’ils peuvent comprendre et en laquelle ils ont confiance, basé sur leur arrière-plan religieux et culturel. Par la suite il sera toujours temps d’évaluer si d’autres versions plus précises ou plus claires pourraient mieux convenir à l’étape d’approfondissement de la Parole de Dieu.

Pour ma part, en français, j’utilise les deux versions récentes et complémentaires que sont la Segond 21 (Seg 21) et la Bible du Semeur (BDS). Les versions anglaise, New International Version (NIV), et espagnole, Nueva Versión Internacional (NVI), sont, à toutes fins utiles, les seules que je lis dans ces autres langues. Ces deux dernières ont également une fonction de versions comparatives additionnelles à mes versions habituelles de langue française.

Compte tenu de ce que j’ai découvert en préparant cet article, si je devais maintenant conseiller une personne de langue anglaise ou espagnole à choisir une version de la Bible complémentaire aux NIV et NVI, je leur proposerais les New Living Translation (NLT) et Nueva Traducción Viviente (NLT) de Tyndale House Publishers, respectivement. J’ai aussi pris conscience que l’English Standard Version (ESV) est plus accessible que je ne l’aurais cru pour des lecteurs francophones habitués à lire Louis Segond et ses variantes.

7. Au-delà du choix entre les versions

Par ailleurs, je tiens à préciser un aspect connexe important, lequel pourrait être l’objet d’un article à part entière : le fait de consulter la Bible en plusieurs langues – ou différentes versions de la Bible dans une même langue – peut nous aider à mieux comprendre certains passages.  En effet, la perspective qui se dégage d’une version peut nous aider à prendre conscience non seulement de la difficulté de traduction d’un passage précis, mais également nous aider à découvrir des richesses de sens insoupçonnées.

Par exemple, La Segond 21 traduit Jean 3:36 ainsi : «Celui qui croit au Fils a la vie éternelle; celui qui ne croit pas au Fils ne verra pas la vie, mais la colère de Dieu reste au contraire sur lui». Le «ne croit pas au Fils» de la Segond 21 est enrichi par des nuances de sens qui échappent à la lecture dans une seule version. La BDS propose «ne met pas sa confiance dans le Fils» et la Nouvelle Bible Segond «refuse d’obéir au Fils». Croire implique notre obéissance au Seigneur Jésus Christ. Certaines versions font ressortir l’attitude de foi sous-jacente aux actes qui en résultent, d’autres les actes elles-mêmes.

N’hésitez pas à participer au forum chrétien la Rencontre, une communauté de dialogue à propos de la foi chrétienne, dont la mission prolonge celle de Savoir et croire .ca.

Daniel Garneau, B Th, B Com, MA
www.savoiretcroire.ca 

Mises à jour de cet article :
– le 18 avril 2017 — correction d’un lien vers ESV Global Study Bible;
– le 11 mai 2016 — ajout du lien vers le forum chrétien la Rencontre;
– les 27 et 28 juin 2015;
– les 13 mars, 17 avril et 12 mai 2015.

Ce contenu a été publié dans Conviction, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.