Convictions essentielles et secondaires ?

Les gens se demandent parfois pourquoi à partir d’une même Bible l’on arrive à des convictions différentes. Voici une réponse proposée à un tel questionnement sur le forum du site Univers de la Bible sous : Univers de la Bible -> Sujet -> Etudier la Bible :

Il y a plusieurs facettes à examiner pour comprendre pourquoi les gens interprètent certains passages de la Bible de façons différentes. L’une d’elle relève de l’autorité que l’on confère à la Bible elle-même. Si, en plus de la Bible, quelqu’un accepte l’autorité d’une tradition religieuse, l’interprétation en sera colorée.

De plus, comme le dit Jean-Ruben Otge en introduction à Mieux comprendre la Bible :

« Quelques fois, la Bible est bien difficile à comprendre ! Pourquoi ? Il arrive que ce soit parce qu’elle est dérangeante… Alors, on ne veut pas la comprendre. Quelqu’un disait que, ce qui le gênait dans la Bible, ce n’était pas tant ce qu’il ne comprenait pas mais bien plutôt ce qui était clair…

« Sur certains points, la difficulté de compréhension est évidente ; les chrétiens ont alors des interprétations différentes sur un même texte. Nous voulons rester humbles face à ces textes. Mais la difficulté de compréhension est liée à plusieurs facteurs ; et cette difficulté peut s’estomper grâce aux découvertes archéologiques, linguistiques ; elles peuvent éclairer les ombres et permettre de mieux cerner la culture de l’époque où a été écrite la Bible » (Jean-Ruben Otge).

Pour ceux qui considèrent la Bible comme source d’autorité crédible et unique en matière de foi et de pratique chrétienne, l’on s’entend pour dire qu’il y a des croyances essentielles et d’autres secondaires.  Comme le disait Martin Luther, «Dans les choses nécessaires, unité; dans les choses qui ne sont pas nécessaires, liberté; en toutes, charité», citation que l’on trouvera dans la conclusion de l’article de J. M. Nicole, Manifester l’unité chrétienne. Ce article est accessible sur le Réseau FEF, Réseau Fraternel Évangélique Français.

Les trois exemples ci-dessous ont été choisis parce qu’ils proviennent de trois héritages distincts qui s’entendent sur les éléments essentiels tout en conservant des particularités qui sont propres à chacune mais pas aux deux autres.

Premier exemple, une confession de foi où l’on distingue entre vérités non négociables et convictions secondaires. J’aime beaucoup la façon dont L’Église Le Portail, d’antécédents pentecôtistes, se situe par rapport aux vérités non négociables – sans lesquelles une personne ne peut être membre de cette Église – et aux opinions à propos desquelles l’on admet une divergence entre croyants véritables en Jésus-Christ.

Je pense très précisément à ce que l’on peut lire dans leur introduction sous Croyances, puis sous : Croyances essentielles; Croyances non essentielles et Autres croyances.

Deuxième exemple, explications bibliques de base à propos de trois vérités non négociables. René Frey de l’Association d’Églises Baptistes Évangéliques au Québec fournit certaines explications qui à mon avis exposent très bien dans les grandes lignes quelques-unes de ces mêmes vérités non négociables de la foi chrétienne :

  1. Introduction;
  2. Confession de foi de l’AÉBÉQ;
  3. La Bible;
  4. Dieu;
  5. Christ.

Troisième exemple, un cours offert d’une perspective de théologie réformée. Le site Héritage Hugenot propose une série de six vidéos qui explique quelles sont les vérités non négociables sur lesquelles s’entendent les chrétiens. Il n’est pas nécessaire d’être d’accord avec chaque détail de cette présentation pour en tirer profit, ni d’ailleurs de comprendre chaque verset de la Bible de la même manière pour être en harmonie entre nous.

Pour celles ou ceux des amis de Savoir et croire .ca qui n’ont pas été exposé à ce genre d’enseignement auparavant, il serait utile de lire attentivement tous les textes contenus dans les liens ci-dessus et d’écouter les six vidéos d’Héritage Hugenot. Les auteurs des sources ci-dessus ne s’entendent pas sur tous les points de détails, par contre ils sont d’accord sur l’essentiel.  Voilà ce qu’il me tenait à cœur d’exprimer ici pour le moment.

Le présent article constitue un élément de réponse seulement à la question d’introduction : «pourquoi à partir d’une même Bible l’on arrive à des convictions différentes?».  Il fournit trois exemples où l’on s’entend sur un tronc commun malgré des divergences. En cela, il prépare la voie à l’examen de l’impact que peuvent avoir les présupposés auxquels adhèrent les uns ou les autres sur l’interprétation des textes bibliques, illustré par le diagramme de la page Liens entre Savoir et croire de Savoir et croire .ca.

N’hésitez pas à participer au forum chrétien la Rencontre, une communauté de dialogue à propos de la foi chrétienne, dont la mission prolonge celle de Savoir et croire .ca.

Cet article a été mis à jour les 18 septembre et 14 novembre 2015 pour :

Puis le 12 janvier 2016 pour :

  • Ajouter lien vers message Mieux comprendre la Bible de Jean-Ruben Otge et intégrer un résumé du message en appui au propos d’ouverture du présent article.

par Daniel Garneau, B Th, B Com, MA

Ce contenu a été publié dans Conviction. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.