Qui est Jésus-Christ ?

Vous vous demandez « Qui Jésus-Christ était-il au juste ? » Avant de consulter des auteurs, anciens ou récents, qui ont proposé des réponses à cette question, ne serait-il pas judicieux de lire les Évangiles de Matthieu, Marc, Luc, Jean, et les Actes des apôtres ? Ne serait-ce pas là une façon sensée d’amorcer une telle démarche ou de la parfaire ? En effet, un contact direct avec les textes bibliques permettrait au lecteur de se former une impression de première main concernant ce que disent ces textes anciens et l’aiderait à identifier les affirmations ultérieures qui font dire aux Évangiles ce qu’ils ne disent pas.

Je propose de commencer ces lectures par Luc et Actes parce que ces deux livres se présentent comme un récit historique documenté du ministère de Jésus et des apôtres. La lecture de Matthieu est suggérée ensuite à cause du complément historique qu’il représente pour l’attitude des chefs suite aux rapports des soldats après la résurrection et parce que l’on y voit la réponse des gens face aux paroles et aux actes de Jésus. Après quoi, ce sont les Évangiles de Marc, puis de Jean, dont je suggère la lecture, guidée par des questions qui cherchent à favoriser l’observation de ce qui est dit, chez Marc, concernant les implications pour la vie d’une personne qui désire se déclarer de Christ, et chez Jean, concernant l’identité profonde de Jésus, compte tenu de certains propos qu’il tenait.

Une fois terminée la lecture des quatre Évangiles et des Actes des apôtres, guidée par les questions ci-dessous, j’invite à lire un ensemble de textes érudits qui aident à saisir que les Évangiles et les Actes des apôtres, loin d’être fictifs, sont en fait des œuvres historiques. Après ce parcours historique, conclu par la rubrique « Fiction ou réalité », l’article propose un regard théologique sur qui était Jésus et sur ce qu’il a fait sur terre, sous « Comment peut-on savoir si Jésus est réellement Dieu ? » et « La personne et l’oeuvre de Jésus ».

1. Luc et Actes

Toute personne intéressée à savoir qui est Jésus pourrait amorcer sa démarche par une lecture du texte de l’Évangile de Luc et des Actes des apôtres (tous deux du même auteur) en se posant précisément les questions ou groupes de questions suivantes :

  • À qui étaient adressés l’Évangile de Luc et les Actes des apôtres ? L’auteur a-t-il  présenté son oeuvre comme fictive ou comme historique (Luc 1 et Actes 1) ? Quels autres aspects de ces livres les rattachent à l’histoire plutôt qu’à la fiction ?
  • Que nous dit le texte de la perception que Jésus avait de son identité et de sa mission ?
  • Qui sont ceux qui l’ont cru et sur quelle base se sont-ils appuyés pour le croire ?
  • Qui sont ceux qui ne l’ont pas cru et quels étaient leurs motifs pour ne pas le croire ?
  • Soyez attentifs aux mentions de la mort et de la résurrection dans Luc et les Actes. Jésus savait-il qu’il allait mourir ? Les disciples comprenaient-ils Jésus quand il prédisait sa résurrection ? Selon le livre des Actes, la mort et la résurrection de Christ occupaient-elles une place centrale dans la prédication des apôtres ? Pourquoi ?

La lecture de Luc et des Actes en cherchant à répondre aux questions qui précèdent aura permis de dégager à tout le moins un certain nombre de constats. Premièrement, l’auteur considère les contenus qu’il propose comme respectant les faits tels qu’ils se sont produits. Son introduction nous l’indique, comme aussi son souci de rattacher les événements décrits aux personnalités romaines détenant le pouvoir au moment où ils se produisent. Deuxièmement, les théories ultérieures qui affirmeraient que Jésus n’était pas conscient de qui il était ou de quelle était sa mission démontreraient un manque de conformité avec les affirmations qui sont au cœur même de l’Évangile tel que transmis par les apôtres. Enfin, une lecture attentive de Luc et des Actes ne nous permet pas de considérer la résurrection de Jésus-Christ d’entre les morts comme un phénomène périphérique à l’Évangile.

2. Matthieu

Ces observations sont renforcées par les contenus des trois autres Évangiles. Passons à une lecture de l’Évangile de Matthieu, en cherchant à répondre à ces nouvelles questions :

  • Quelles attitudes manifestaient les ennemis de Jésus lorsqu’ils échangeaient avec lui ?
  • Comment les ennemis de Jésus ont-ils compris ses déclarations d’identité ?
  • Comment la disparition du corps de Jésus du tombeau a-t-elle été traitée par les chefs ?

La réponse de Matthieu aux questions ci-dessus nous permet de constater que les ennemis de Jésus n’avaient pour priorité, ni de découvrir la vérité, ni d’exercer la justice. Cela n’empêche pas de faire ressortir que ces derniers avaient très bien compris que Jésus affirmait être le Messie promis; ce qui a été la cause directe de sa condamnation à mort. Après la résurrection de Jésus, les hommes de la garde ont raconté aux prêtres ce qui s’était passé, ces derniers les ont payés pour dire que les disciples l’avaient enlevé. N’est-ce pas là un aveu des chefs qu’ils ont cru au fond que Jésus était bel et bien ressuscité ?

Matthieu renforce Luc et les Actes concernant l’importance centrale de la résurrection de Jésus-Christ d’entre les morts pour le message de l’Évangile.  D’ailleurs, c’est sur la résurrection de Christ que l’apôtre Paul appuie son autorité apostolique lorsqu’il écrit aux Galates (Gal 1:1) et aux Romains (Rom 1:4). Aux Corinthiens (1 Cor 15), il va jusqu’à affirmer que sans la résurrection corporelle et historique de Christ, leur foi est inutile, précisant que plusieurs chrétiens encore vivants avaient été témoins de cette résurrection.

3. Marc

En plus de nous poser des questions sur qui est Jésus, nous avons commencé à poser également des questions qui faisaient ressortir diverses réactions suscitées par celui-ci. Les questions que je vous invite à poser à la lecture de l’Évangile de Marc visent à susciter la prise de conscience de la nature de notre propre réception du message de Jésus :

  • Quel était le message principal de Jean-Baptiste ?
  • Pourquoi ce message est-il important pour ceux qui voudraient suivre Christ ?
  • En quoi le message de Jean-Baptiste préparait-il la voie du Seigneur ?
  • À quelle qualité d’écoute Jésus invite-t-il ceux qui veulent comprendre l’Évangile ?
  • Comment les membres de la famille naturelle de Jésus le percevaient-ils ?
  • Que Jésus attendait-il de la part de ceux qui voulaient le suivre en qualité de disciple ?
  • Marc fait-il un effort pour camoufler les erreurs, écarts, péchés, manques de foi, incohérences, dont ont parfois fait preuve les disciples et les apôtres ? N’est-ce pas là une source d’encouragement pour tout chrétien aux prises avec ses imperfections ?
  • Quelle assurance Jésus transmet-il à ceux qui renoncent à quoi que ce soit dans leur démarche pour devenir disciple et parce qu’ils mettent leur confiance en Lui ?
  • Qu’est-ce que Jésus enseigne concernant son retour et contre quoi met-il en garde ?
  • À quelle attitude Jésus encourage-t-il ceux qui attendent son retour ?

Marc est le plus court et peut-être le plus direct des quatre Évangiles. Sa lecture et les questions ci-dessus peuvent aider à identifier où se situe notre propre réponse à Jésus.

4. Jean

La plupart des questions suggérées pour la lecture de Matthieu, Marc, Luc et Actes peuvent également être posées avec profit lors de la lecture de l’Évangile de Jean. Je suggère toutefois pour la présente démarche de se limiter aux seules questions suivantes :

  • Quelles promesses Jésus fait-il à ceux qui croient en Lui ?
  • Quels avertissements Jésus émet-il contre ceux qui le méprisent ?
  • Que nous révèlent ces promesses et avertissements à propos de l’identité de Jésus ?

Jean est le plus riche des quatre Évangiles. Il se présente comme ayant été écrit par un témoin oculaire dont le but est de nous conduire à la foi. Il se distingue notamment par la clarté de l’invitation à faire confiance à Christ comme seule voie pour notre salut éternel.

5. Fiction ou réalité ?

Vous avez suivi mes conseils et avez lu les Évangiles pour vous-mêmes. Félicitations ! Maintenant vous êtes prêt à passer à une autre étape, celle de lire ce que pensent un bon nombre d’érudits concernant la réalité à laquelle se réfèrent les textes que vous venez de lire. Pour cela je vous invite à lire chacune des pages du site Y-Jésus. Vous y trouverez des réponses sensées à des objections courantes de nos jours, mais qui s’effondrent lorsque l’on connaît ce que disent effectivement les textes des Écritures et lorsque l’on prend conscience des indices et preuves dont on dispose concernant leur véracité historique.

6. Comment peut-on savoir si Jésus est réellement Dieu ?

« Devenu musulman, un homme avait pourtant reçu un enseignement dans une Eglise Evangélique pendant sa jeunesse. Et pour expliquer comment il s’était tourné vers l’islam qui affirme que Jésus n’est pas Dieu ni le Fils de Dieu, il explique qu’il n’a jamais eu d’enseignement sur ce sujet qui l’aurait convaincu.

« Il faut dire que le sujet touche une dimension qui nous dépasse : on ne peut pas expliquer Dieu et il restera toujours un mystère. Mais ce n’est pas pour autant que notre foi en la divinité de Jésus ne s’appuie pas sur des arguments concrets. Pourquoi croit-on que la Bible affirme que Jésus est Dieu ? Quels arguments répondez-vous à un Témoin de Jéhovah ou à un musulman qui vous démontre qu’il est impossible de croire en la divinité de Jésus ? » (Jean-Ruben Otge, Église Évangélique Méthodiste d’Agen).

Le texte qui précède est extrait d’un message biblique de Jean Ruben. Vous pouvez le lire et l’écouter sous « La divinité de Jésus : est-ce important d’y croire ? C’est essentiel ! ».

Par ailleurs, l’article du présent site intitulé Concernant la divinité de Jésus vous invite à lire un certains nombres de passages bibliques de l’Ancien et du Nouveau Testament. Ce dernier article confirmera le bien-fondé des propos du pasteur Jean-Ruben Otdge.

7. La personne et l’oeuvre de Jésus

Voici quelques autres ressources concernant la personne et l’oeuvre de Jésus :

  • Jean 1 v 1-18 : A Noël, Dieu s’est fait homme, de Jean-Ruben Otge : ayant observé l’approche distincte adopté par Matthieu, Marc, Luc et Jean pour introduire Jésus, ce message biblique examine la structure de l’introduction proposée par l’apôtre Jean et en tire des implications pour ceux qui entendent ce message de vie aujourd’hui.
  • Pourquoi Jésus refuse-t-il à certains moments d’accomplir des miracles ? de Jean-Ruben Otge : tiré surtout de Matthieu 12:38-41 et de Luc 16:23-31, les miracles nombreux accomplis par Jésus prouvent sa puissance et son amour, mais sur quels arguments applicables encore aujourd’hui s’appuyer pour comprendre les refus ?

N’hésitez pas à participer au forum chrétien la Rencontre, une communauté de dialogue à propos de la foi chrétienne, dont la mission prolonge celle de Savoir et croire .ca.

Auteur : Daniel Garneau, B Th, B Com, MA.
Édité : les 11 mai 2016 et 15 mai 2017.