La foi en temps de pandémie

Il y a un mois, une nouvelle chrétienne de notre groupe avait posé une question, suite à la lecture du livre de John Piper, Le coronavirus et Christ.  La question était la suivante :

J’ai toujours cru que la maladie provenait de l’ennemi, depuis le péché originel, donc ne viendrait pas de Dieu mais qu’il la permettait. Mais Piper dit : « Le coronavirus a été envoyé par Dieu. C’est une saison amère et Dieu l’a ordonnée. Dieu la gouverne. Il y mettra fin. » Est-ce que j’ai été dans l’erreur tout ce temps ?

Dans le but de répondre à la question lancée, Nellie a écrit cette réflexion et elle vous la partage, à travers ce blog.

RÉPONSE  À LA QUESTION DE LUCIE,
CONCERNANT LA MALADIE,
DANS LE
CONTEXTE DU CORONAVIRUS

Lucie, la question que tu as posée est difficile. Difficile, mais importante, parce qu’une crise comme celle du coronavirus rejoint notre besoin de trouver un sens à la souffrance, au mal.  Je n’ai pas la prétention de pouvoir répondre à ta question de façon exhaustive, mais j’aimerais te partager les points principaux qui m’ont servi d’ancrage lorsque ma fragile barque tanguait dangereusement sur de fortes vagues.

D’abord, j’aimerais préciser que pour moi, bien qu’elle affecte la santé des gens, la pandémie dépasse le problème de la maladie. Je la vois plutôt comme un grand fléau, tels que le furent le tsunami au Japon en 2011 ou le tremblement de terre à Haïti en 2010, mais cette fois, le fléau est planétaire, ce qui le rend encore plus impressionnant. Dans les deux cas précédents, nous étions les spectateurs de grands désastres qui arrivaient ailleurs, mais présentement, chaque personne de la terre est interpellée parce qu’elle (ou un de ses proches) pourrait contracter ce virus et en mourir. De plus, bien d’autres conséquences encore difficiles à prévoir pourraient en découler, individuellement autant que collectivement.

Si je m’appuie sur la terminologie de Timothy Keller, dans son livre La souffrance : marcher avec Dieu à travers les épreuves et la douleur, la pandémie serait « un mal naturel » par opposition à « un mal moral » comme, par exemple, la tuerie de la Polytechnique, la mort de la fillette de Granby, le récent massacre qui a eu lieu en Nouvelle-Écosse. Le genre de mal qu’est la pandémie pourrait s’avérer plus troublant pour certains, car elle ne peut être reliée directement au péché des hommes, contrairement à l’autre catégorie de mal.  

Le caractère même de Dieu

Très tôt dans ma vie chrétienne, j’ai eu le privilège d’entendre un message qui m’a marquée et m’a même soutenue toute ma vie. Ce message portait sur Dieu, plus spécifiquement, sur la sainteté de Dieu. Il présentait Dieu comme étant absolument pur, non seulement exempt de tout mal, mais incapable de tolérer la présence de celui-ci, comme le dit Habakuk :

Tes yeux sont trop purs pour voir le mal, et tu ne peux pas regarder la misère. Pourquoi regarderais-tu les traîtres? Pourquoi garderais-tu le silence quand le méchant dévore celui qui est plus juste que lui? (Ha 1:13, Sg 21, voir note *.) 

À cause de sa perfection absolue, Dieu devait exercer à la fois sa justice et son amour. Si Dieu, en exigeant la punition pour le péché, était simplement juste, il pourrait être dur. Si, au contraire, il n’était qu’amour, sans aucune conséquence au péché, il serait bonasse; cet amour ne serait que pure sentimentalité. 

En fait, expliquait le prédicateur, pour que la sainteté de Dieu soit respectée, la justice et l’amour de Dieu devaient travailler main dans la main. La justice supposait le paiement de la pénalité pour le péché tandis que l’amour cherchait à restaurer la relation de l’homme avec lui. Dans le sacrifice de Jésus sur la croix, en expiation pour nos péchés, ces deux caractéristiques si importantes de Dieu que sont sa justice et son amour, se sont rencontrées. De plus, ce sacrifice démontre plus que toute autre chose l’amour de Dieu, puisque Dieu lui-même a fourni ce que sa sainteté exigeait.  

En effet, le salaire du péché, c’est la mort, mais le don gratuit de Dieu, c’est la vie éternelle en Jésus-Christ notre Seigneur. (Rm 6:23). 


SAINTETÉ DE
DIEU

                                                                                            ↘

        JUSTICE                                         ↔                     AMOUR   

parfaitement équilibrées
en Jésus
  

 

Ce prédicateur avait dépeint à mes yeux un Dieu saint, en qui s’équilibraient parfaitement la justice et l’amour. Cette compréhension de Dieu m’a accompagnée depuis maintenant plus de 40 ans. Comme je l’ai dit plus haut, elle m’a servi d’ancrage.

Très tôt aussi, un autre élément s’est greffé à cette compréhension de Dieu. Il s’agit de la conviction que Dieu cherche toujours le bien des siens. Elle me venait de Romains 8:28 :

Du reste, nous savons que tout contribue au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés conformément à son plan (l’italique est de moi). 

Ce verset, j’en voyais l’illustration frappante dans la vie du patriarche Joseph qui a toujours été mon personnage préféré de l’Ancien Testament. J’admirais son intégrité à toute épreuve alors que les circonstances de sa vie allaient de mal en pis. (Gn 37-50). De fait, contrairement à David dont on peut discerner les points d’appui dans l’adversité, à travers ses psaumes, rien dans le récit de la vie de Joseph ne me permettait de comprendre ce qui l’avait soutenu lorsqu’il avait fait face à toutes ses tribulations. Cela m’a d’ailleurs toujours intriguée, d’autant plus qu’à cette époque, la révélation de Dieu était très
restreinte si on la compare à celle que nous avons maintenant.

Par contre, les paroles de pardon prononcées à l’égard de ses frères qui avaient été à l’origine de toute la misère qu’il avait vécue sont révélatrices. Elles témoignent hors de tout doute de sa conviction que Dieu avait utilisé le mal planifié par ses frères pour son bien, ainsi que pour celui de son peuple. En effet,  Joseph allait devenir l’instrument de Dieu pour sauver son peuple… à partir du pays où il avait dû vivre en étranger depuis si longtemps, à cause de la méchanceté de ses frères.

N’ayez pas peur! Suis-je en effet à la place de Dieu? Vous aviez projeté de me faire du mal, Dieu l’a changé en bien pour accomplir ce qui arrive aujourd’hui, pour sauver la vie à un peuple nombreux. (Gn 50:19-20)

Sans avoir accès au texte de Paul, dans Romains 8:28, Joseph savait que « tout contribue au bien de ceux qui aiment Dieu ». Au sein de l’épreuve, ce passage, de même que l’exemple de Joseph, donnaient un sens à mon vécu, même si je ne comprenais pas nécessairement le but de Dieu pour moi, à ce moment-là. C’est en réfléchissant à ta question, Lucie, que j’ai réalisé l’impact qu’a eu cette assurance sur ma vie. Elle me permettait de m’accrocher, de garder la barre ferme lorsque venait la tempête.

Un autre aspect du caractère de Dieu : sa souveraineté

À bien y penser, ce précieux passage — Romains 8:28 — souligne un autre aspect du caractère de Dieu : sa souveraineté. Je voyais dans ce verset que Dieu contrôlait ce qui m’arrivait et le faisait d’une façon qui contribuait à mon bien, parce que j’avais été choisie par lui, « appelé[e] conformément à son plan ».

Par contre, j’ai graduellement pris conscience que certains passages des Écritures me semblaient aller beaucoup plus loin dans leur présentation de la souveraineté de Dieu. En effet, dans Éphésiens 1:11, Dieu est décrit comme étant « celui qui met tout en œuvre conformément aux décisions de sa volonté », ce que reprend le Psaume 135, en affirmant  très catégoriquement ceci : 

Tout ce que L’Éternel veut, il le fait,
dans le ciel et sur la terre, dans les mers et dans tous les abîmes. (v.6) 

Même idée dans 1 Samuel où il est dit de lui que Dieu contrôle tout, absolument tout, le bien comme le mal :

L’Éternel fait mourir et il fait vivre, il fait descendre au séjour des morts et il en fait remonter. L’Éternel appauvrit et il enrichit, il abaisse et il élève. De la poussière il retire le pauvre, du fumier il relève le faible, pour les faire asseoir avec les grands, et il leur donne en possession un trône de gloire. (2:6-8)

D’autres passages attribuent même une responsabilité à Dieu dans la mort de Jésus :

Cet homme [Jésus] vous a été livré suivant le projet défini et la prescience de Dieu. Vous l’avez arrêté, vous l’avez fait mourir sur une croix par l’intermédiaire d’hommes impies. (Ac 2:23) 

Il est bien vrai qu’Hérode et Ponce Pilate se sont ligués dans cette ville avec les nations et les peuples d’Israël contre ton saint serviteur Jésus, que tu as consacré par onction; ils ont accompli tout ce que ta main et ta volonté avaient décidé d’avance. (Ac 4:27-28) 

Ces passages me surprenaient grandement, parce que jusque là, j’avais attribué le mal — tout le mal — à Satan et aux humains séduits par lui. Mais, les Écritures affirment que Dieu contrôle le bien comme le mal, ce qui impliquerait aussi le coronavirus. C’est d’ailleurs ce que soutient John Piper, dans son livre Le coronavirus et Christ. Comment cela se fait-il?

Le mal est un intrus dans la création parfaite de Dieu

Il serait bon de mentionner que comme Keller, je  crois que « le mal est un intrus dans la création parfaite de Dieu » (p. 178). Dieu avait créé un monde sans failles et avait donné à l’homme l’autorité de le dominer (Gn 1:28). À cause de cela, celui-ci pouvait accomplir les plans de Dieu sur la terre, tout en jouissant d’une communion avec lui. Le mal n’existait pas dans l’Éden.

Satan a introduit le péché et le mal dans le monde. Jaloux de l’homme que le Créateur avait « fait de peu inférieur à Dieu et […]couronné de gloire et d’honneur » (Ps 8:6), il a séduit Adam et Ève et les a entraînés dans sa rébellion contre Dieu. Ils ont alors dû faire face au jugement de Dieu et aux conséquences découlant de leur péché (souffrances, exil, mort). Ce jugement, ainsi que la promesse d’une victoire future sur l’Ennemi de Dieu et des hommes (Gn 3:15), faisaient partie de son grand plan de sauvetage pour l’humanité. Ce plan, il l’avait conçu avec son Fils avant même la fondation du monde (Ép 1). Dès la chute, il a enclenché sa réalisation et tout au long des siècles, il a cherché à le déployer.

En même temps, Satan continue de tenter d’éloigner les hommes de leur Créateur et de leur destinée, en les manipulant par toutes sortes de ruses et de mensonges (Jn 8:44). En succombant à la tentation, Adam et Ève lui ont cédé leur droit de gouverner la terre. Il est ainsi devenu « le prince de ce monde » (Jn 12:31), « le dieu de ce siècle » (2 Co 4:4), « le prince de la puissance de l’air » (Ép 2:2). C’est pourquoi l’apôtre Jean peut déclarer que « le monde entier est sous la puissance du malin » (1 Jn 5:19).

Il a été défait à la Croix, mais il continue à régner, par le mensonge, en attendant la victoire ultime de Jésus, telle que décrite dans l’Apocalypse dont il est le grand héros.

Satan a un grand impact sur notre monde — un impact maléfique —, mais il n’est pas tout-puissant. La toute-puissance appartient à Dieu seul. Dieu limite le pouvoir de Satan, comme nous le verrons plus loin.

 Une sagesse au-delà de notre compréhension

Cela étant dit, le problème du mal demeurait irrésolu pour moi. Il suscitait de nombreuses questions en moi  : comment un Dieu saint, à la fois juste et bon, peut-il permettre le mal ? quel peut alors être son but ? comment la souveraineté de Dieu peut-elle se réconcilier avec la liberté qu’il accorde à ses créatures ? etc.

Une chose est claire dans les Écritures : tout ce que Dieu fait est parfait et digne d’être loué.

Il est le rocher. Ce qu’il accomplit est parfait, car toutes ses voies sont justes. C’est un Dieu fidèle et dépourvu d’injustice, il est juste et droit.
(Dt 32:4, l’italique est de moi.)

Qui est semblable à toi parmi les dieux, Eternel?
Qui est, comme toi, magnifique de sainteté, redoutable, digne d’être loué, capable de faire des miracles? (Ex 15:11,
l’italique est de moi)

En fait, dans les Écritures, Dieu n’explique pas comment il conjugue sa souveraineté avec sa justice et son amour, ni comment il la conjugue avec la responsabilité de l’homme. Il déclare même que nous serions incapables de saisir la sagesse avec laquelle il agit : 

En effet, vos pensées ne sont pas mes pensées
et mes voies ne sont pas vos voies, déclare L’Éternel.
Le ciel est bien plus haut que la terre.
De même, mes voies sont bien au-dessus de vos voies,
et mes pensées bien au-dessus de vos pensées.
(És 55:8-9)
 

Même l’apôtre Paul, qui avait pourtant reçu une révélation spéciale du mystère de Dieu en Christ (Ép 3:3-4), s’est écrié que les voies de Dieu étaient incompréhensibles : 

Quelle profondeur ont la richesse, la sagesse et la connaissance de Dieu !
Que
ses jugements sont insondables, et ses voies impénétrables ! (Rm 11:33) 

Par contre, à quelques endroits dans sa Parole, Dieu soulève un coin de rideau pour nous laisser entrevoir ce qui se passe dans les sphères célestes.   

Premier coup d’œil sur l’arrière-scène

Le récit de la vie du patriarche Joseph dont nous avons parlé précédemment, plus spécifiquement, la scène où il pardonne à ses frères, est révélatrice de l’action de Dieu derrière les gestes humains. Vous vous rappelez que dans la Segond 21, la version de la Bible que je lis généralement, Joseph disait ceci : 

N’ayez pas peur! Suis-je en effet à la place de Dieu? Vous aviez projeté de me faire du mal, Dieu l’a changé en bien pour accomplir ce qui arrive aujourd’hui, pour sauver la vie à un peuple nombreux (Gn 50:19-20, Sg21).

De cette traduction de la Bible, on peut déduire que Dieu change le mal en bien. Une grande assurance, n’est-ce pas ? Mais, la version du Semeur va beaucoup plus loin. On peut y lire que Joseph, tout en reconnaissant la responsabilité de ses frères, voit en Dieu la cause ultime de ses malheurs. 

N’ayez aucune crainte! Suis-je à la place de Dieu? Vous aviez projeté de me faire du mal, mais par ce que vous avez fait, Dieu a projeté du bien en vue d’accomplir ce qui se réalise aujourd’hui, pour sauver la vie à un peuple nombreux (Gn 50:19-20, Semeur). 

(Pour comprendre le dilemme qu’a dû résoudre le traducteur pour arriver à cette traduction particulièrement éclairante, voir l’article de Daniel intitulé Dieu et les désastres de nos vies, publié précédemment sur le présent blogue du site Savoir et croire .ca.)

Pour ma part, c’est Piper, dans son livre sur le coronavirus, qui a attiré mon attention sur cette différence notable. Il avertit : 

Attention à ne pas diluer cette vérité. Il n’est pas dit : « Dieu l’a utilisé pour en faire du bien » ou « Dieu l’a transformé en bien. » Il est écrit : « Par ce que vous avez fait, Dieu a projeté du bien. » Les frères visaient le mal, mais l’objectif de Dieu était le bien. Il n’a pas commencé à faire le ménage au milieu de cette histoire. Dès le début, il poursuivait un but, un sens. Dès le départ, il a projeté de faire du bien (p.48, ma traduction). 

Pour notre compréhension limitée, il est difficile de comprendre comment la responsabilité de l’homme et la souveraineté de Dieu peuvent s’articuler, mais Keller explique qu’ils sont effectivement compatibles. 

Dieu contrôle absolument tout ce qui se passe dans l’histoire mais de manière à laisser les humains responsables de leurs choix, de leurs actions et des conséquences. La liberté humaine et la direction divine des événements historiques sont alors tout à fait compatibles. Autrement dit, si quelqu’un braque une banque, le mal moral est de sa seule responsabilité, bien qu’il fasse partie du plan de Dieu.

Il est trivial mais efficace d’y réfléchir en termes de pourcentages. Nous pensons que Dieu a projeté quelque chose ou qu’un individu a exercé son libre arbitre pour l’accomplir. Les deux propositions ne peuvent être vraies en même temps. Nous dirons donc qu’un événement est dû à 50% à Dieu et 50% à un être humain. Ou peut-être 80% contre 20% ou 20% contre 80%. Mais la Bible affirme que l’histoire est à 100% sous la direction de Dieu, et pourtant elle est remplie d’individus responsables à 100% de leurs actions, en même temps (p.183). 

C’est justement à cause de cette complète souveraineté de Dieu que Piper peut faire la déclaration suivante en parlant du coronavirus : 

Le secret […] est de savoir que le Dieu souverain qui pourrait arrêter la propagation du coronavirus, mais qui ne le fait pas, est celui même qui soutient l’âme au sein de la pandémie. En d’autres termes, si nous essayons de dépouiller Dieu de sa souveraineté sur la souffrance, nous sacrifions alors sa souveraineté qui lui permet de faire concourir toutes choses au bien (p. 32).

La vie de Joseph démontre bien l’entrelacement de la responsabilité humaine et de la souveraineté de Dieu. Parce que Joseph est demeuré attaché à Dieu, en dépit de ses épreuves qui non seulement n’en finissaient plus, mais s’amplifiaient (responsabilité humaine), Dieu a pu accomplir de grandes choses pour lui, aussi bien que pour son peuple (souveraineté de Dieu). L’une comme l’autre ont travaillé de pair.

Deuxième coup d’oeil sur l’arrière-scène

Un autre récit de la Bible nous révèle un peu plus l’arrière-scène des événements qui surviennent dans la vie d’un individu. C’est le livre de Job. Dans ce cas-ci, les auteurs principaux qui agissent en coulisses, ce sont Satan qui s’en prend directement à Job et Dieu qui met une limite à ses interventions.

Le premier chapitre du livre met en scène un homme intègre dont le comportement démontre qu’il craint Dieu. Puis, on assiste à un dialogue particulier dans lequel Satan remet en question l’intégrité du serviteur de Dieu, disant que celui-ci le révère par pur intérêt, parce qu’il a sa bénédiction. Il insinue que si Dieu lui retirait sa protection, il le maudirait. 

L’Éternel dit à Satan :
—D’où viens-tu?

Satan répondit à L’Éternel :
—De parcourir la terre et de m’y promener.

L’Éternel dit à Satan :
— As-tu remarqué mon serviteur Job? Il n’y a personne comme lui sur la terre. C’est un homme intègre et droit. Il craint Dieu et se détourne du mal.

Satan répondit à L’Éternel :
— Est-ce de façon désintéressée que Job craint Dieu? Ne l’as-tu pas entouré de ta protection, lui, sa famille et tout ce qui lui appartient? Tu as béni le travail de ses mains et ses troupeaux couvrent le pays.  Mais porte donc la main contre lui, touche à tout ce qui lui appartient, et je suis sûr qu’il te maudira en face.

L’Éternel dit à Satan :
— Voici tout ce qui lui appartient: je te le livre.
Seulement, ne porte pas la main sur lui. (1:8-12) 

Dans ce passage, on peut voir que la puissance de Satan est limitée à celle que Dieu lui accorde. On peut lire ensuite que Satan s’attaque à Job qui perd tous ses biens et sa famille entière. Il prend le deuil et se jette à genoux disant : «C’est nu que je suis sorti du ventre de ma mère, et c’est nu que je repartirai. L’Éternel a donné et L’Éternel a repris. Que le nom de L’Éternel soit béni ! » 

Au chapitre suivant, un dialogue semblable au premier reprend :  

L’Éternel dit à Satan :
— D’où viens-tu?

Satan répondit à L’Éternel :
— De parcourir la terre et de m’y promener.

L’Éternel dit à Satan :
— As-tu remarqué mon serviteur Job? Il n’y a personne comme lui sur la terre. C’est un homme intègre et droit. Il craint Dieu et se détourne du mal. Il persévère dans son intégrité et c’est sans raison que tu m’incites à le perdre.

Satan répondit à L’Éternel :
— Peau contre peau ! Tout ce qu’un homme possède, il est prêt à l’échanger contre sa vie. Mais porte donc la main contre lui, touche à ses os et à sa chair, et je suis sûr qu’il te maudira en face.

L’Éternel dit à Satan :
— Le voici: je te le livre. Seulement, épargne sa vie. (2:2-6) 

Encore une fois, Dieu permet à Satan d’intervenir, mais limite sa méchanceté : Satan peut atteindre la santé de Job, mais il doit épargner sa vie. Et, celui-ci, comme dans la première épreuve, demeure fidèle à Dieu. À sa femme qui lui dit : «Tu persévères dans ton intégrité? Maudis donc Dieu et meurs !» Job répond : « Tu tiens le langage d’une folle. Nous acceptons le bien de la part de Dieu, et nous n’accepterions pas aussi le mal ? » (v.9-10), ce qui amène le narrateur à conclure que « dans tout cela, Job ne pécha pas par ses lèvres ». Mais, dans les chapitres qui suivent, Job crie sa douleur à Dieu, clame son innocence, cherche à comprendre le « pourquoi » de ses souffrances, etc., car il ne comprend pourquoi il vit ce qu’il vit, lui, qui se perçoit comme un homme intègre.

Après avoir laissé Job supplier, se justifier, questionner, etc., Dieu répond enfin à Job. D’abord, sur un ton de reproche, il le remet à sa place : 

Qui est celui qui obscurcit mes plans par des discours dépourvus de savoir?
Mets donc une ceinture autour de ta taille comme un vaillant homme!
Je t’interrogerai et tu me renseigneras. (38:2-3) 

Oui, à notre grande surprise, nous constatons que pendant quatre chapitres, la réponse de Dieu consiste en une série de questions qu’à son tour, il pose à Job. Des questions du genre de celles-ci, qui toutes dépassent Job :  

Où étais-tu quand j’ai fondé la terre?
Déclare-le, puisque tu es si intelligent!
Qui a fixé ses dimensions? Tu le sais, n’est-ce pas?
Ou qui a déplié le ruban à mesurer sur elle?
Sur quoi ses bases reposent-elles?
Ou qui en a posé la pierre angulaire
alors que les étoiles du matin éclataient ensemble en
chants d’allégresse 
et que tous les fils de Dieu poussaient des cris de joie? (Job 38 v 4 à v 7)  

Par les questions de Dieu, Job est mis en présence de la puissance et de la sagesse de Dieu. Et, que fait-il alors ? Il s’incline devant la grandeur de Dieu et répond : 

Je sais que tu peux tout, et que rien ne peut faire obstacle à tes projets. « Qui ose, disais-tu, obscurcir mes desseins par des discours sans connaissance?»  Oui, j’ai parlé sans les comprendre de choses merveilleuses qui me dépassent, que je ne connais pas. « Écoute, disais-tu, c’est moi qui parleraije vais te poser des questions, et tu m’enseigneras. » Jusqu’à présent j’avais seulement entendu parler de toiMais maintenant, mes yeux t’ont vu. Aussi je me condamne, je regrette mon attitude en m’humiliant sur la poussière et sur la cendre.
(42:2-6, Le Semeur)

On le constate, Dieu n’a donné aucune explication à Job concernant les causes de sa grande épreuve, mais l’attitude de celui-ci est complètement changée. Il est maintenant capable de vivre son affliction dans la confiance à ce Dieu si grand et si sage, sans connaître le pourquoi de sa souffrance. Le commentateur de la version Le Semeur précise très pertinemment que « Job est maintenant prêt à continuer de révérer Dieu pour rien, contrairement aux insinuations de Satan » (p.751). On le sait, le récit de la vie de Job, c’est un récit qui finit bien : il vécut encore 140 ans, recouvra la santé, le double de ses biens et eut le même nombre de fils et de filles. 

Job n’a pas eu de réponse, mais, à nous, à travers le récit de l’expérience de Job, est dévoilé la lutte qui se passait dans les lieux célestes. À travers ce récit, nous sommes invités, même s’il nous arrive de ne pas comprendre « les pourquoi » de nos souffrances, à mettre notre confiance en un Dieu infiniment plus grand et plus sage que nous, sachant que l’ennemi de nos âmes « rôde comme un lion rugissant, cherchant qui dévorer » (1 Pi 5:8).

 Le souverain qui souffre

Comme je l’ai déjà mentionné, ma conviction que Dieu est souverain a constitué une ancre solide dans les temps difficiles. Par contre, ce qui m’apparaît particulièrement réconfortant,  c’est de savoir que Dieu lui-même, en Jésus-Christ, a souffert. Et, même que sa souffrance dépasse de beaucoup la mienne, sans compter qu’elle était absolument imméritée.

Un Dieu souverain, même s’il est bon et juste, et en plus, infiniment sage, pourrait paraître lointain, mais un Dieu qui prend notre souffrance devient tout à coup très accessible. Il peut compatir à la nôtre. N’est-ce pas ce que dit l’auteur de la lettre aux Hébreux :  

En effet, nous n’avons pas un grand-prêtre incapable de compatir à nos faiblesses; au contraire, il a été tenté en tout point comme nous, mais sans commettre de péché. Approchons-nous donc avec assurance du trône de la grâce afin d’obtenir compassion et de trouver grâce pour être secourus au moment opportun (Hé 4:15-16).

Ce matin, je lisais Jean 12.  Jésus venait de faire allusion à sa mort, puis il se dit en lui-même : « Maintenant mon âme est troublée. (On le comprend aisément.) Et que dirai-je? Père, délivre-moi de cette heure? » (Notez les points d’interrogation. C’est comme s’il hésitait et se demandait s’il pouvait considérer la possibilité d’éviter la mort.) Mais, aussitôt, il se reprend fermement : « Mais c’est pour cela que je suis venu jusqu’à cette heure. » Et, consentant au sacrifice, il ajoute : « Père, révèle la gloire de ton nom ! » (v.27-28). Voilà la souffrance que notre Sauveur a dû affronter… jusqu’au bout.

Il me semble que de parler d’un Dieu souverain sans parler du Dieu qui souffre ne lui ferait pas justice. Tellement pas ! C’est d’ailleurs ainsi que Timothy Keller qualifie notre Dieu : « le souverain qui souffre » (p.198), expliquant que ces deux vérités se complètent. Il est souverain sur la souffrance et il en a fait l’expérience avant nous. Nous pouvons donc lui faire confiance, que ce soit dans la situation particulière de la pandémie actuelle ou dans les situations habituelles de nos vies.

Nellie Chouinard-Garneau,
le 23 mai 2020

___________________________________________________________
Note :
(*) À moins d’indication contraire, les citations bibliques proviennent de la Segond 21.

 

Ce contenu a été publié dans Conviction, Formation chrétienne, Témoignage chrétien, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *