Lire la Bible ne vous dit plus rien?

Vous faites partie de ceux qui ont peu de motivation à lire la Bible? Vous avez l’impression qu’elle ne vous parle plus? Les mots passent devant vos yeux et ne laissent aucune empreinte dans votre cœur? Bref, lire la Bible ne vous dit plus rien!

Considérez les quelques premiers versets de la deuxième épître de Pierre et demandez-vous ce qu’elle vous dit d’encourageant – 2 Pierre 1.1-2, LSG:

Simon Pierre, serviteur et apôtre de Jésus-Christ, à ceux qui ont reçu en partage une foi du même prix que la nôtre, par la justice de notre Dieu et du Sauveur Jésus-Christ: que la grâce et la paix vous soient multipliées par la connaissance de Dieu et de Jésus-Christ notre Seigneur!

L’apôtre ne s’adresse-t-il pas ici à tous ceux qui ont reçu la foi en Jésus, donc à vous et à moi qui vivons aujourd’hui – qui que nous soyons? Si nous croyons qu’à travers l’apôtre Pierre, Dieu lui-même nous adresse ces mots, ne serons-nous pas encouragés de l’entendre nous bénir? N’aurons-nous pas alors envie de lire le reste de cette lettre (2 Pierre) en demandant à Dieu de nous parler, de nous instruire, de nous diriger?

Vous n’êtes pas certain de la valeur de ce que je viens d’avancer ? Considérez l’introduction de la première épître de Paul aux Corinthiens, où il est écrit:

À tous ceux qui, partout, font appel au nom de notre Seigneur Jésus-Christ, leur Seigneur et le nôtre : que la grâce et la paix vous soient données de la part de Dieu notre Père et du Seigneur Jésus-Christ! — 1 Co 1.2-3, Seg 21.

L’apôtre Paul s’adresse en premier lieu, il est vrai, aux croyants de l’église de Corinthe. Mais il précise ensuite que sa bénédiction est adressée à toute personne en tout lieu qui  font appel au nom de notre Seigneur Jésus-Christ, leur Seigneur et le nôtre. N’est-ce pas là une parole que l’on peut s’approprier pour soi-même, encore aujourd’hui?

Mais, dites-vous, en quoi les textes de l’Ancien Testament me concernent-ils aujourd’hui? Considérez, à titre d’exemple, une promesse faite à Josué par Dieu à travers Moïse :

L’Eternel marchera lui-même devant toi, il sera lui-même avec toi. *Il ne te délaissera pas, il ne t’abandonnera pas. N’aie pas peur et ne te laisse pas effrayer. » — Deutéronome 31.8, Seg 21.

Et encore :

Personne ne pourra te résister tant que tu vivras. Je serai avec toi comme j’ai été avec Moïse. *Je ne te délaisserai pas et je ne t’abandonnerai pas. Fortifie-toi et prends courage, car c’est toi qui mettras ce peuple en possession du pays que j’ai juré à leurs ancêtres de leur donner. Seulement, fortifie-toi et aie bon courage en te conformant fidèlement à toute la loi que Moïse, mon serviteur, t’a prescrite. Ne t’en écarte ni à droite ni à gauche afin de réussir où que tu ailles. Que ce livre de la loi ne s’éloigne pas de toi ! Médite-le jour et nuit pour agir avec fidélité conformément à tout ce qui y est écrit, car c’est alors que tu auras du succès dans tes entreprises, c’est alors que tu réussiras. Ne t’ai-je pas ordonné : ‘Fortifie-toi et prends courage’ ? Ne sois pas effrayé ni épouvanté, car l’Eternel, ton Dieu, est avec toi où que tu ailles. » — Josué 1.5-9, Seg 21.

Voyez comment l’auteur de l’épître aux Hébreux n’hésite pas un instant à extraire cette promesse de son contexte historique pour en tirer une application directe pour les chrétiens auxquels il adresse une exhortation de s’attendre à Dieu pour répondre à leurs besoins matériels alors même qu’ils exercent la générosité envers d’autres croyants :

Que votre conduite ne soit pas guidée par l’amour de l’argent, contentez-vous de ce que vous avez. En effet, Dieu lui-même a dit : Je ne te délaisserai pas et je ne t’abandonnerai pas. C’est donc avec assurance que nous pouvons dire : Le Seigneur est mon secours, je n’aurai peur de rien. Que peut me faire un homme ? — Hébreux 13.5-6, Seg 21.

L’auteur de l’épître aux Hébreux exhorte à ne pas se laisser guider par l’amour de l’argent et à se contenter de ce que nous avons, puis, applique à ses auditeurs la promesse qui avait été faite à Josué en Deutéronome 31.8 et en Josué 1.5 et Josué 1.9 en citant le texte de cette promesse directement et en l’attribuant à Dieu (Hébreux 13.5b, Seg 21) :

Dieu lui-même a dit : Je ne te délaisserai pas et je ne t’abandonnerai pas.

Puis, il tire de ce qui précède l’application suivante pour ses auditeurs chrétiens d’un autre contexte et d’une autre époque (Hébreux 13.6, Seg 21) :

C’est donc avec assurance que nous pouvons dire :  Le Seigneur est mon secours, je n’aurai peur de rien. Que peut me faire un homme?

Vous croyez que la Bible est la Parole de Dieu, mais vous hésitez à en tirer des implications pour votre vie — ce qui contribue à vous démotiver de la lire ? Pourquoi ne méditeriez-vous pas ce qui précède ? Un auteur inspiré de Dieu dans le Nouveau Testament s’appuie sur un auteur inspiré de Dieu dans l’Ancien Testament pour exhorter des personnes bien concrètes dans des situations bien concrètes mais très différentes. Cela ne pourrait-il pas nous servir de modèle pour oser davantage s’appuyer sur les textes de la Parole de Dieu afin d’y puiser un encouragement pour nos vies aujourd’hui ?

Que nous lisions l’Ancien Testament ou le Nouveau Testament, nous pouvons le faire en demandant à Dieu notre Père de se révéler à nous à travers ce qui demeure Sa Parole !

N’hésitez pas à participer au forum chrétien la Rencontre, une communauté de dialogue à propos de la foi chrétienne, dont la mission prolonge celle de Savoir et croire .ca. Libre à vous également de laisser un commentaire dans la boîte au bas du présent article. Pour me contacter en direct, veuillez suivre les indication sous Questions ou commentaires.

Que la Parole de Christ habite en vous dans toute sa richesse! (Col 3.16, Seg 21)

Daniel Garneau,
B Th, B Com, MA,
Le 27 février 2018

À propos de Daniel Garneau

Daniel Garneau, B Th, B Com, MA, est fondateur du site Savoir et croire .ca. Ses principaux objectifs sont : encourager les chrétiens qui ont perdu espoir quant à leur capacité de vivre pour Christ; favoriser la compréhension de ce en quoi consiste le christianisme; contribuer à lever les préjugés contre ceux qui s'identifient à Jésus-Christ dans leur vie quotidienne et osent en parler; aider à accroître l'acceptation réciproque entre les diverses traditions chrétiennes demeurées attachées à la Parole de Dieu.
Ce contenu a été publié dans La vie de l'Esprit, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *