Aimez-vous Dieu de tout votre coeur ?

« Aimez-vous Dieu de tout votre cœur ? ». L’on peut répondre à cette question de façon sentimentale, sans trop s’y arrêter, ou au contraire, se dire que nul n’aime vraiment Dieu de tout son cœur, d’une manière indéfectible et sans limites, et qu’il est donc impossible de répondre à ce genre de question. Mais il s’agit d’une question très importante. Je l’ai donc décortiquée en questions complémentaires pour m’aider à réfléchir à ce que signifie aimer Dieu ainsi et ce que cela implique dans ma vie :

1. Comment peut-on savoir si l’on aime Dieu ?
2. Que signifie aimer Dieu de tout son cœur ?
3. Quelles sortes d’obstacles peuvent nous empêcher d’aimer Dieu de tout notre cœur ?
4. Quel changement pourrait être apporté à notre vie pour mieux aimer notre Dieu ?
5. De quelles ressources disposons-nous pour accroître notre amour envers Dieu ?

1. Comment savoir si l’on aime Dieu ?

Regardons ensemble quelques passages bibliques et leur contexte pour comprendre d’abord quelles pourraient être des indices dans nos vies qui nous aideraient à déterminer si nous aimons Dieu ou pas.

Le passage biblique à la base du questionnement d’aujourd’hui se lit comme suit « Ecoute, Israël, l’Eternel est notre Dieu, il est le seul Eternel. Tu aimeras l’Eternel ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta force. Que ces commandements que je te donne aujourd’hui restent gravés dans ton cœur. Tu les inculqueras à tes enfants et tu en parleras chez toi dans ta maison, et quand tu marcheras sur la route, quand tu te coucheras et quand tu te lèveras. Qu’ils soient attachés comme un signe sur ta main et comme une marque sur ton front. Tu les inscriras sur les poteaux de ta maison et sur les montants de tes portes » (Deutéronome 6 v. 4-5, Semeur).

J’ai relu à quelques reprises le chapitre 6 du Deutéronome pour m’aider à identifier en quoi consiste cet amour envers Dieu qui nous est demandé de Sa part. En mes mots, aimer Dieu consiste à s’imprégner de Sa Parole révélée afin d’être en mesure de vivre comme il souhaite que nous vivions dans les différentes circonstances de nos vies, puis que nous transmettions ce savoir à nos enfants et à leurs enfants. Il se dégage aussi de ce chapitre le principe suivant : si nous aimons Dieu, nous nous porterons mieux.

Le pays dans lequel entrerait sous peu le peuple était rempli de divinités mensongères qui offriraient beaucoup de promesses illusoires. Mais, comme dans une relation conjugale, Dieu désirait l’exclusivité.

Il y aurait de nombreuses pistes d’égarement en compétition directe avec Dieu. Ces voies seraient des chemins de mort offrant des solutions mensongères. Dieu tenait à ce que l’allégeance du peuple envers Lui ne soit pas divisée, que l’affection et la confiance du peuple soient dirigées vers Lui et non vers autre chose. À toutes les époques et dans tous les contextes, le peuple de Dieu doit choisir de s’en remettre à son Dieu et de Lui faire confiance dans toutes les sphères de sa vie. Les choix que nous faisons à cet égard sont des indicateurs de l’amour que nous avons ou n’avons pas envers Dieu.

Jésus a repris ce passage du Deutéronome pour répondre à des questions piégées que lui posaient des leaders religieux en Israël. Matthieu chapitre 22 est un bon exemple de ceci. Après avoir répondu à deux questions pièges, sans que l’on puisse lui reprocher quoi que ce soit, un pharisien et enseignant de la loi « voulut lui tendre un piège » de plus (v 35) et lui demanda : «Maître, quel est, dans la Loi, le commandement le plus grand?» Ce à quoi Jésus répond : « Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta pensée. C’est là le commandement le plus grand et le plus important. Et il y en a un second qui lui est semblable : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Tout ce qu’enseignent la Loi et les prophètes est contenu dans ces deux commandements » (v 37-39). Cette réponse de Jésus à un enseignant pharisien nous apprend qu’aimer Dieu implique aimer son prochain.

Dans le récit de Luc d’un événement semblable où des chefs religieux tentaient par tous les moyens possibles de piéger Jésus, après qu’il eut répondu essentiellement comme nous venons de le voir en Matthieu, nous lisons ceci : « L’enseignant de la Loi, voulant se donner raison, reprit : — Oui, mais qui donc est mon prochain ? C’est en réponse à cette question que Jésus a donné la parabole du Samaritain, c’est-à-dire un exemple très concret du fait qu’aimer Dieu conduit nécessairement à aimer son prochain.

Nous lisons cet autre passage de la plume de l’apôtre Jean qui va dans le même sens : « Mes chers amis, aimons-nous les uns les autres, car l’amour vient de Dieu. Celui qui aime est né de Dieu et il connait Dieu. Qui n’aime pas n’a pas connu Dieu, car Dieu est amour » (1 Jean 4 v. 8, Semeur).

2. Que signifie aimer Dieu de tout son cœur ?

Tout d’abord un mot à propos du terme « cœur » à l’époque de l’Ancien et du Nouveau Testament : « Selon la conception biblique de l’homme, le cœur est le centre de la personnalité » (Bible d’étude, version Semeur 2000, éditions Excelsis 2005, note sur Matthieu 15 v. 18).

« Le terme hébreu qui désigne l’organe cardiaque est souvent employé de façon figurée ou métaphorique, mais avec un jeu de sens assez différent de celui auquel nous sommes habitués. S’il peut évoquer les sentiments […] et le courage […], comme le mot cœur en français, il ne faut pas l’entendre par opposition à « la raison », comme dans la célèbre formule de Pascal (« le cœur a ses raisons que la raison ne connaît pas »). Au contraire, il est souvent employé pour désigner l’intelligence même. Foncièrement, en effet, en hébreu le cœur représente ce qu’on pourrait appeler « l’intériorité » de l’homme […], sans distinction entre aspects émotionnel, sentimental ou intellectuel […] : c’est le lieu de la décision […]. […] Pour le Nouveau Testament, c’est dans le cœur, à savoir l’intériorité de l’homme comme lieu de sa décision éthique, que l’Esprit de Dieu est à l’œuvre […] » (La Nouvelle Bible Segond, édition d’étude, p. 1701-1702).

« Le terme [hébreu et grec traduit par cœur] désigne le centre d’une chose (Dt 4.11; Jon 2.3; Mt 12.40). Les renvois à l’organe physique sont rares et peu spécifiques […]. Les Hébreux adoptaient la perspective de l’expérience subjective plutôt que celle de l’observation scientifique objective et avaient l’habitude de concevoir l’être humain comme entité comprenant l’ensemble de ses attributs physiques, psychiques et mentaux. Le cœur était considéré comme le centre directeur de tous ces attributs. C’est lui qui fait d’un être humain ou d’un animal ce qu’il est et motive tout ce qu’il fait (Pr 4.23). Les notions de caractère, personnalité, volonté et intelligence sont des notions modernes, qui reflètent chacune une partie du ses du mot « cœur » dans son usage biblique […] » « B.O. Banwell, « Cœur », dans Le Grand Dictionnaire de la Bible, p. 336, Excelsis, 2010).

Que nous apprend la formulation biblique elle-même sur ce que signifie aimer Dieu de tout notre cœur ?

  • « Tu aimeras l’Eternel ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta force » (Deutéronome 6 v 5, Semeur).
  • « Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta pensée. C’est là le commandement le plus grand et le plus important » (Matthieu 22 v 37-38, Semeur).
  • « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ton énergie et de toute ta pensée, et ton prochain comme toi-même » (Lc 10 v 27, Semeur).
  • « […] tu aimeras donc le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta pensée et de toute ton énergie » (Marc 12 v. 30, Semeur).

« Ce sont toutes là des façons de dire qu’il nous faut aimer Dieu au plus haut degré possible avec tout ce qu’il y a en nous et avec toute la puissance de chacun des aspects ci-dessus formant un tout indivisible » (traduction libre de W. Robertson Nicoll, The Expositor’s Greek Testament, 1912, Volume I, p. 424-425).

Notons au passage que notre amour pour Dieu est fondée dans notre force pas celle du voisin, si donc nous sommes doué par Dieu pour accomplir des tâches pratiques, ce sera l’un des mécanismes par lequel nous manifesterons notre amour pour Dieu, si nous sommes doué pour l’enseignement, c’est à travers une pratique d’enseignement que nous pourrons manifester notre amour pour Dieu. Mais Dieu ne demande à personne de l’aimer avec les caractéristiques, dons ou talents qu’il ou elle n’a pas.

3. Qu’est-ce qui nous empêche d’aimer Dieu ?

Le récit fait par Marc peut nous aider à jeter un peu de lumière sur un exemple d’obstacle empêchant les être humains d’aimer Dieu de tout leur cœur. En Marc 12 v. 28-34 (veuillez le lire), le spécialiste de la loi qui pose la question à Jésus semble recevoir la réponse et la comprendre lorsqu’il reconnaît que ce que Jésus vient de lui dire est plus important que tous les rituels religieux auquel il s’attachait lui-même.

Par voie de contraste, la réaction d’un autre pharisien à ce même enseignement de Jésus sur l’amour est de tenter de se justifier (Lc 10 v. 29, LSG), c’est-à-dire de se donner raison (Lc 10 v. 29, Semeur). De quelle façon? en posant une question supplémentaire :« Oui, mais qui donc est mon prochain ».

Plusieurs des hommes que l’on retrouve en interaction avec Jésus dans les Évangiles ont endurci leur cœur. Ils se sont enfermés dans ce qu’ils veulent croire et refusent de se laisser interpeller par les propos ou les œuvres miraculeuses de Jésus. C’est à un point tel qu’après la résurrection de Lazare, en plus de refuser de se tourner vers Dieu, les chefs religieux décident d’un commun accord de tuer non seulement Jésus, mais également Lazare, parce qu’à cause de lui des gens se tournaient vers Jésus.

Plus près de nous se trouvent l’exemple des gens qui s’inquiètent de ce que d’autres penseront d’eux plus qu’ils ne s’inquiètent de ce que Dieu pense à leur sujet, cela peut s’avérer un obstacle nous empêchant d’aimer Dieu de tout notre cœur ou limitant l’étendue de notre amour envers Dieu.

4. Que changer pour mieux aimer Dieu ?

Lorsque l’on se trouve devant un problème qui nous semble insurmontable, l’on a une décision à prendre : vais-je me concentrer sur le problème ou me tourner vers Dieu avec celui-ci ? L’on peut comparer le choix de rester fixé sur le problème à une personne courbée vers le sol, tandis que le choix de s’en remettre à Dieu avec une difficulté consiste à tourner vers Lui le regard. Une autre image m’aide beaucoup et vient compléter la première : c’est vers le visage de Dieu et non vers ses mains que nous devons tourner notre regard. Autrement dit, je ne dois pas me tourner vers Dieu dans l’unique but de lui voir résoudre les situations compliquées de ma vie, mais dans l’intention de Le rencontrer Lui.

Pour ma part, cette étude me conduit à choisir de tourner le regard vers le Seigneur à chaque fois que ma pensée est attirée vers une certaine difficulté bien précise que j’expérimente en ce moment. Ce qui me conduit à vous demander si vous êtes présentement engagés dans la vie d’une personne courbée vers le sol vers les préoccupations qui l’habitent ? Se peut-il que parfois nous soyons portés à nous courber nous-mêmes vers le sol, affectés par l’attitude courbée d’une personne que l’on arrive pas à aider ? Rappelons-nous que le Dieu qui nous aime et qui aime aussi cette personne est témoin de tout cela. Il voit notre désarroi et ne nous abandonne pas à nous-même dans cette situation, loin de là !

5. De quelles ressources disposons-nous ?

Cette question me ramène à Deutéronome 6, le passage de l’Ancien Testament où il est dit d’aimer Dieu de tout notre cœur, passage qui est repris par Jésus en réponse aux questions piégées des chefs.

Connaître et méditer la Parole révélée de Dieu est central à Deutéronome 6, passage sur lequel se fonde le plus important des commandements. S’imprégner de la Sainte Parole de Dieu dans le but explicite d’entrer en relation avec Dieu est une des clés pour grandir dans notre amour pour Dieu.

Nous y apprenons, par exemple, que Dieu n’est pas un être lointain, distant ou impersonnel, mais au contraire qu’il interagit de manière personnelle avec chacun et que ses interventions – parfois miraculeuses, parfois providentielles — sont adaptées à leurs besoins (Henry T. Blakaby et Claude V. King, Votre expérience personnelle avec Dieu, p. 61 à 64, selon mon interprétation et adaptation libres).

En fréquentant assidûment la Parole de Dieu, nous apprenons à faire nôtres de nombreuses promesses et découvrons peu à peu des vérités qui bâtissent notre être intérieur et qui font de nous des personnes transformées à l’image de Christ. Considérons, par exemple, le passage suivant :

« Ceux qui sont conduits par l’Esprit de Dieu sont fils de Dieu. En effet, vous n’avez pas reçu un Esprit qui fait de vous des esclaves et vous ramène à la crainte : non, vous avez reçu l’Esprit qui fait de vous des fils adoptifs de Dieu. Car c’est par cet Esprit que nous crions : Abba, c’est-à-dire « Père » ! L’Esprit lui-même et notre esprit nous témoignent ensemble que nous sommes enfants de Dieu. Et puisque nous sommes enfants, nous sommes aussi héritiers : héritiers de Dieu et donc cohéritiers du Christ, puisque nous souffrons avec lui pour avoir part à sa gloire » (Romains 8 v. 14-17, Semeur).

Ce témoignage intérieur de l’Esprit de Dieu envers notre esprit augmente notre amour pour Dieu. Il nous prête assistance pour que nous comprenions la grandeur de l’amour de Dieu à notre égard et nous aide à répondre à cet amour par notre amour envers lui, jamais parfait, mais toujours en mouvement. Parfois ce mouvement en est un de croissance vers un plus grand amour envers Dieu, mais parfois aussi il nous arrive de stagner ou de régresser. C’est ici qu’il importe par-dessus tout de se savoir aimé de Dieu, de revenir à ce que nous apprennent les Écritures concernant notre identité en Christ : nous sommes fils, notre appartenance au Père est indissoluble car c’est Lui qui nous a aimé le premier et il nous garde.

Bref, notre amour pour Dieu est très dépendant de notre compréhension de l’amour que Dieu a pour nous. Plus nous comprenons et expérimentons l’amour de Dieu plus il nous est naturel d’y répondre. C’est une question que je ne me pose plus, parce que, je l’ai beaucoup fait dans le passé et cela m’emmenait à tourner mon regard vers moi-même, ce qui avait pour effet de me décourager beaucoup. Ma tendance maintenant est de regarder vers Dieu et d’être émerveillé par le fait qu’Il m’aime.

Voici une prière de l’apôtre Paul tout à fait appropriée pour conclure la présente réflexion :

« C’est pourquoi je me mets à genoux devant le Père, de qui dépendent comme d’un modèle, toutes les familles des cieux et de la terre. Je lui demande qu’il vous accorde, à la mesure de ses glorieuses richesses, d’être fortifiés avec puissance par son Esprit dans votre être intérieur. Que le Christ habite dans votre cœur par la foi. Enracinés et solidement fondés dans l’amour, vous serez ainsi à même de comprendre, avec tous ceux qui appartiennent à Dieu, combien l’amour du Christ est large, long, élevé et profond. Oui, vous serez à même de connaître cet amour qui surpasse tout ce qu’on peut en connaître, et vous serez ainsi remplis de toute la plénitude de Dieu » (Éphésiens 3 v. 14-19, Semeur).

Daniel Garneau,
Québec, le 1er mars 2021