La grâce de Dieu à l’oeuvre dans ma vie

Ce témoignage de l’œuvre accomplie par Dieu dans ma vie jusqu’à ma conversion et dans les années suivantes a été produit dans le cadre de mon intégration à mon église actuelle. Je présente d’abord des éléments contextuels qui favoriseront la présentation subséquente de comment j’ai connu le Seigneur Jésus personnellement. L’on peut voir, parfois en avant plan, mais toujours en filigrane la grâce de Dieu à l’œuvre dans ma vie.

Contexte de ma conversion et de ma vie chrétienne

Mon éducation dans une famille catholique m’a appris que Dieu existe et qu’Il nous parle par sa Parole. Ce sont toutefois des chrétiens évangéliques du Canada anglophone qui m’ont conduit à lire les Écritures. Mon processus de conversion au Seigneur s’est étendu sur une période de quelques années. Des chrétiens pentecôtistes ont tenu un rôle important dans ma compréhension initiale de l’Évangile. C’est toutefois sous le ministère d’Églises baptistes de l’Association que j’ai fait mes premiers pas de vie chrétienne. C’est dans ce contexte que je me suis engagé dans le ministère de l’œuvre à temps plein pendant 11 ans. Après quoi, de 1987 jusqu’à ma retraite en 2015, j’ai tenu des emplois séculiers et participé à une église locale. Cette transition m’a conduit à me joindre à deux églises locales non confessionnelles : la première, d’antécédents Frères chrétiens, Assemblée chrétienne Bonne Nouvelle, de 1987 à 1997; la seconde, Communauté chrétienne des Deux-Rives, de 1998 à mars 2017, où mon épouse et moi étions responsables d’un groupe-maison.

Quatre mouvements ont caractérisé mon engagement chrétien au fil des ans : (1) d’abord, un espoir sans borne; (2) ensuite, une attitude d’exigence envers Dieu; (3) suivie d’un découragement profond face à moi-même; (4) puis, enfin, depuis 2008, une période d’intégration spirituelle où je goûte à la vie abondante. C’est dans le cadre de ce dernier mouvement que j’ai appris à jouir du calme intérieur accessible à celles et ceux qui placent leur confiance dans le Seigneur Jésus-Christ.

Dieu est mon Sauveur. Je serai plein de confiance et je n'aurai plus peur, car l'Eternel, oui, l'Eternel est ma force et le sujet de mes louanges. C'est lui qui m'a sauvé (Esaïe 12v2)

L’Éternel est ma force et le sujet de mes louanges (Ésaïe 12v2)

Comment ai-je connu le Seigneur Jésus personnellement?

Dieu a répondu à des prières spécifiques que je lui ai adressées alors que j’étais encore dans la confusion quant à son existence même. Par la suite, quand j’aurais préféré croire que nul ne pouvait prouver que Dieu existe, je ne cessais de me demander comment un Dieu qui n’existerait peut-être pas aurait pu répondre à mes prières. J’ai cherché des réponses en commençant à lire sur les sciences occultes. Mais dans un rêve très vivace, j’ai eu l’impression nette que de poursuivre ce genre de lecture me barrerait l’accès au salut de manière définitive. J’ai tout de suite abandonné et à tout jamais ces lectures, sans pour autant me convertir au Seigneur à ce moment-là.

Quelques années plus tard, un ami de mon père nous annonçait l’Évangile à mon père et à moi, en insistant sur la nécessité de se repentir et de faire confiance à la grâce de Dieu pour notre salut.  Plus tard encore, après avoir obtenu tout ce que j’avais cru que m’apporterait la vie sans Dieu que je vivais alors, je fus surpris de découvrir que rien de tout cela ne m’apportait le bonheur. C’est ce que le Seigneur a utilisé pour que j’accepte enfin de me repentir et de me tourner vers lui. J’ai donc rompu de manière radicale avec tout ce que je savais être contraire à la volonté de Dieu révélée dans Sa Parole (tout en continuant de lutter pour certains aspects). Je comprenais que Jésus était mort sur la croix pour mes péchés et que si je croyais en lui, il me donnait la vie éternelle.

Je ne me suis jamais par la suite détourné de cet engagement initial. Par contre, j’ai connu des périodes de découragement profond quant à ce que je croyais que Dieu ferait dans ma vie une fois que je l’avais connu. Tout en fréquentant toujours une église locale, je me suis peu à peu éloigné de certains engagements envers Dieu lui-même jusqu’à ce qu’un jour j’aie ce qui était peut-être une vision en esprit : j’avais le sentiment que je devais choisir sur-le-champ entre les voies sur lesquelles je me laissais entraîner dans ma pensée, ou Dieu. C’était une sorte de « last call » par l’Esprit, après quoi il n’y aurait plus de retour possible. Je ne savais pas comment interpréter ce qui m’arrivait, mais je savais que cela venait de Dieu et qu’une réponse était attendue de moi, et ce, sans délai.

Ma réponse fut immédiate : « Bien sûr, c’est toi que je choisis Seigneur! ». Dans les jours et les semaines qui ont suivies, il est devenu facile pour moi de vivre dans l’obéissance sur le point précis où j’avais été invité à me repentir, puis ma vie a été transformée du tout au tout de l’intérieur, comme par le Seigneur lui-même. J’ai compris très clairement et très concrètement que nul n’avait le droit de me tenir enfermé dans un cachot spirituel comme je l’avais été les années précédentes, car, à titre de cohéritier avec Christ, j’étais fils du grand Roi. Je pouvais chaque fois faire appel à mon Père du ciel qui déléguerait ses anges pour me libérer. Ces prises de conscience m’ont aussi rendu capable de m’approprier immédiatement le pardon de la croix chaque fois que je péchais, ce qui a ôté prise à la culpabilité, approfondissant ma connaissance personnelle du Seigneur Jésus.

L’on pourrait parler d’une conversion radicale des péchés les plus évidents en 1977 et d’une transformation en profondeur des attitudes intérieures en 2008. Dans les deux cas, les personnes de mon entourage s’en sont rendues compte par les changements concrets que cela a entraîné dans ma manière d’être et d’agir. Dans les deux cas, les personnes qui me connaissaient ont été intrigués de la nature des transformations et cela a donné une grande crédibilité à mes propos par la suite : en 1977, pour annoncer l’Évangile à des non chrétiens; en 2008, pour apporter de l’espoir aux chrétiens de mon église éprouvant des difficultés, en particulier dans leur vie de couple.

Ma conversion, en 1977, puis ce que l’on pourrait associer à une délivrance, à une guérison intérieur et à un renouvellement de l’Esprit, en 2008, sont des moments charnières, même si bien d’autres événements ont préparé et ont conduit à ces deux monuments de mon parcours en Lui.

Un témoignage de l’œuvre accomplie par Dieu dans ma vie jusqu’à ma conversion et dans les années suivantes est aussi disponible en anglais : God’s Grace Working in My Life.

N’hésitez pas à participer au forum chrétien la Rencontre, une communauté de dialogue à propos de la foi chrétienne, dont la mission prolonge celle de Savoir et croire .ca. Libre à vous, si vous préférez, de simplement laisser un commentaire dans la boîte ci-dessous.

Daniel Garneau, B Th, B Com, MA
Le 8 juin 2018

Pour d’autres aspects de mon témoignage de conversion et de vie chrétienne, voir :

À propos de Daniel Garneau

Daniel Garneau, B Th, B Com, MA, est fondateur du site Savoir et croire .ca. Ses principaux objectifs sont : encourager les chrétiens qui ont perdu espoir quant à leur capacité de vivre pour Christ; favoriser la compréhension de ce en quoi consiste le christianisme; contribuer à lever les préjugés contre ceux qui s'identifient à Jésus-Christ dans leur vie quotidienne et osent en parler; aider à accroître l'acceptation réciproque entre les diverses traditions chrétiennes demeurées attachées à la Parole de Dieu.
Ce contenu a été publié dans Témoignage chrétien, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *